Congrès DSF 2015, la rencontre des mondes

Jeudi 17 Mars 2016

C’est à Biarritz, haut lieu de la glisse et du surf, que Domaines Skiables de France tenait son Congrès annuel.

Congrès Domaines Skiables de France 2015 à Biarritz

Laurent ReynaudLes 7 et 8 octobre 2015, le Palais des Congrès Le Bellevue a vu les moments incontournables du Congrès. L’endroit a également vu à la tribune les interventions de Christian Mantei, directeur général d’Atout France, d’Henri Nayrou, président du Conseil départemental de l’Ariège, de Martial Saddier, député de Haute-Savoie, de Michel Bouvard, sénateur de Savoie, ou encore de Michel Vion, président de la FFS. Autant de personnalités qui ont répondu présent à l’appel de Domaine Skiables de France, légitimant l’importance du rendez-vous du syndicat, légitimant également son rôle de « sentinelle » d’une profession, comme l’a souligné son délégué général Laurent Reynaud.

Pierre LestasReconduit à la présidence de DSF, Pierre Lestas a conclu ce congrès en se félicitant de la pugnacité de la profession. Une obstination qui a notamment permis la victoire dans le dossier du calendrier scolaire. Une obstination qui sera nécessaire pour faire face aux problématiques à venir : les conséquences de la réforme territoriale, la délicate question de la compétence tourisme, ou l’application du fond national de péréquation,  pour ne citer qu’elles. Enfin à l’heure de la COP21, le président de DSF a incité ses adhérents à s’emparer de cette thématique pour prouver que l’économie montagnarde n’a pas attendu la médiatisation de la cause environnementale, et que sa bonne santé n’est due qu’à la faculté d’anticipation de ses acteurs.

 

L’AFMONT plus que jamais mobilisée

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, l’Afmont a profité du rassemblement des forces vives de la montagne pour tenir son assemblée générale, à Biarritz cette année, à la veille du début du Congrès de Domaine Skiables de France (DSF) !

L’Association des fournisseurs de matériels et services pour la montagne est revenue sur l’édition 2015 d’Alpipro ; au regard du nombre et de la qualité du visitorat, les adhérents de l’Afmont, pour beaucoup exposants sur le salon, ont dressé un bilan particulièrement positif de l’événement chambérien et de son format.
La présence de l’Association Nationale des Directeurs de Pistes (ADSP), et la tenue de son assemblée générale, elle aussi dans le cadre du congrès DSF a été saluée par l’association.

Didier BicAprès un point de Didier Bic, président de l’Afmont, sur l’acte II de la loi Montagne suite à la feuille de route annoncée par le gouvernement de Manuel Valls, Maxime Rougeaux est intervenu au sujet du site web de l’association, soulignant notamment la part importante de visiteurs américains sur le portail…

Patrick Grand’Eury a, lui, abordé la thématique « Anticiper c’est gagner » : une démarche qui est montée en régime à la faveur du partenariat conclu entre l’Afmont et Montagne Leaders. Ce partenariat s’est notamment matérialisé en juin dernier par la tenue d’une table ronde, à laquelle Montagne Leaders a apporté son soutien technique et logistique, mais aussi et surtout un écho médiatique. L’Afmont a évoqué l’éventualité d’un sondage sur la question dans le cadre de Mountain Planet 2016 pour affiner les bases d’une seconde table ronde.
Maurice Zinniger est revenu sur les problématiques de TVA relatives aux transactions réalisées entre la France et l’Andorre, pour lesquelles de nouvelles dispositions fiscales pourraient s’appliquer au 1er janvier 2016...
Le dispositif fiscal de suramortissement a également été évoqué ; applicable pour des investissements actés jusqu’au 14 avril 2016, et toujours sans décret d’application à ce jour, ce dispositif incitatif pourrait n’avoir qu’un « effet d’aubaine limité ».

Damien Notin est venu rappeler, aux fournisseurs comme aux opérateurs de domaine skiables, la fin des tarifs règlementés de vente d’électricité au 31 décembre 2015. Conséquence pour les entreprises concernées : la nécessité de choisir et signer un contrat de fourniture d’électricité avant la fin de l’année.
L’association a procédé au renouvellement partiel de son bureau. Les cinq membres sortants étaient candidats à leur succession et ont été reconduits ; il s’agit de Michel Porte (ID Group), Régis-Antoine Decolasse (TechnoAlpin), Maurice Zinniger (Axess), Roland Didier, (MND Group) et Pierre Boisset (STA).
L’Afmont a ensuite accueilli plusieurs intervenants à sa tribune.

Christophe Conte - Mountain PlanetLe président de la FFS Michel Vion est venu annoncer la création du label « Village ami » à destination des communes souhaitant afficher leur soutien financier aux équipes de France de ski, et leur implication en faveur des sports de glisse.
Nathalie Saint-Marcel a présenté le Cluster Montagne et ses activités.

Christophe Conte est intervenu sur les axes de travail de l’édition 2016 de Mountain Planet, et notamment le positionnement en tant que salon « solution » pour les visiteurs, et toujours l’ambition internationale.

Jean-Marc SilvaPierre Lestas pour DSF, Benjamin Blanc pour l’ADSP sont également venus à la tribune, avant que Jean-Marc Silva ne conclut l’assemblée générale en présentant la stratégie de communication de France Montagnes, rappelant notamment : « Aujourd’hui, les clients n’écoutent plus les stations, ils s’écoutent entre eux. »

 

L’ADSP Sur tous les fronts

A l’image des dernières années, l’assemblée générale de l’Association nationale des directeurs de pistes et de la sécurité de stations de sports d’hiver, ou ADSP, s’est elle aussi tenue en parallèle de l’assemblée générale de DSF, plus précisément les 6 et 7 octobre derniers.

Benjamin Blanc et Christian Reverbel, respectivement président et vice-président de l’ADSPAccueilli par Benjamin Blanc et Christian Reverbel, respectivement président et vice-président de l’ADSP, l’ensemble des adhérents de l’association a assisté à la présentation du bilan des actions réalisées en 2015. Que dire sinon que ces actions sont nombreuses, notamment les différentes formations organisées et soutenues par l’ADSP. Mais s’il y a bien un sujet qui inquiète, c’est celui du schéma d’alerte qui vise notamment l’organisation des secours. Pour Christian Reverbel, le rôle de l’ADSP est simple : « Il faut faire passer le message aux préfets que les schémas doivent intégrer une identité montagne. Il ne faut pas que le client blessé attende trop longtemps les secours ». Autre sujet qui revient régulièrement sur le bureau de l’ADSP, la problématique de la pratique du ski de randonnée sur les domaines skiables. Pour répondre aux différentes interrogations, parole a été donnée à Charlotte Trolez du cabinet d’avocats FIDAL Chambéry. Le constat est simple : pratiquer le ski de randonnée sur les pistes de ski ouvertes au public est une aberration et est extrêmement accidentogène, car comme le souligne Cédric Perretier, directeur du service des pistes et de la sécurité à Serre Chevalier, « On ne remonte pas une bande d’arrêt d’urgence à contre-sens. Il en va de même sur une piste de ski ». Charlotte Trolez a alors tenu à prodiguer quelques conseils et à rappeler qu’elle aide les maires dans la rédaction des arrêtés encadrant ou interdisant la pratique du ski de randonnée sur le domaine skiable en visant norme AFNOR et réglementation FIS, et a également rappelé quelques évidences. Première d’entre elles, si le domaine skiable est sur le territoire de plusieurs communes, il est nécessaires que les arrêtés pris soient en tout point identique. La deuxième : l’importance de l’information faite aux clients.

assemblée générale de l’Association nationale des directeurs de pistes et de la sécurité de stations de sports d’hiver, ou ADSP

Un lieu d’échange

Ensuite, c’est Dominique Létang, directeur de l’ANENA qui s’est adressé à l’ensemble des participants. Après avoir présenté le DVD réalisé par l’association, il a insisté sur l’importance de la généralisation du port de DVA afin que les secours puissent intervenir rapidement en cas d’avalanche. La saison 2014-2015 a enregistré de nombreux décès dus aux avalanches, il faut que ce nombre baisse et le port systématique de DVA peut aider à sauver des vies. Dominique Létang a également tenu à rappeler que l’ANENA organisait des formations spécifiques orientées autour de la communication dans la gestion de crise avec pour but de mieux communiquer lors d’accidents. Il faut que tous les acteurs soient préparés à répondre à des sollicitations et il faut savoir quoi et comment répondre aux médias. Mais surtout, le directeur de l’ANENA a profité de la tribune offerte par l’ADSP pour revenir sur la nouvelle signalétique symbolisant le risque d’avalanche qui sera mise en place dans certaines stations tests dès cet hiver. De nombreuses réunions et tables rondes ont eu lieu à ce sujet et le résultat est le suivant : le nombre de drapeaux va évoluer de trois à cinq pour mieux identifier les différents risques, ils intègreront tous un message spécifique. Pour rappel, l’échelle de risque comprend cinq niveaux mais n’est matérialisée que par trois drapeaux.
Ensuite, parole a été donnée à Pierre Spandre de l’IRSTEA de Grenoble pour qu’il fasse état des résultats d’une enquête sur la problématique de la gestion de la neige dans les stations de sports d’hiver françaises. 56 stations ont participé à cette enquête, l’ensemble des massifs français, excepté la Corse, étant représenté. Cette enquête s’est intéressée de près aux priorités des opérateurs de remontées mécaniques en la matière, au damage, à la neige de culture, aux différentes contraintes liées à la neige de culture et dont les résultats sont disponibles sur le site de l’IRSTEA.

Pour clore cette assemblée générale, Pierre Lestas, président de DSF a été invité à s’exprimer et a tenu à souligner qu’en ces temps difficiles et face aux enjeux à venir, la solidarité entre tous les acteurs de la montagne doit s’imposer car « lorsque l’on est solidaire, nous parvenons à nos fins ». Mais Pierre Lestas a également tenu à louer le rôle primordial de l’ADSP : « DSF a besoin de l’ADSP pour l’éclairer sur certaines problématiques, sur différents sujets car l’ADSP est composée de gens de terrains, qui savent s’adapter à toutes les situations ».

 

La vie des sections

Tous les massifs et leur activité ont été marqués par l’accident météorologique de la première semaine des vacances de Noël, un souci de début de saison identique pour tous.

Haute-Savoie

Alain Barbier

Face à une légère baisse de fréquentation, et des inondations qui ont causé des dégâts sur les domaines skiables et les routes début mai, la Haute-Savoie note avec satisfaction que le Conseil départemental a reconduit le plan Tourisme jusqu’en 2022, ce qui devrait servir de futurs aménagements

Savoie

David Ponson

Au sein d’une saison globalement positive, les épisodes de neige rencontrés durant les chassés-croisés ont révélé la nécessité de travailler la sécurisation du parcours client. L’action de la  section s’est aussi portée sur la pérennisation du mouvement sportif de Savoie, et sur les observatoires environnementaux afin de faciliter le cadre administratif de futurs aménagements

Isère-Drôme

Didier Beuque

Porté notamment par les grands domènes du massif, l’ensemble de la section (22 stations) a su rattraper un retard compliqué. Les stations ont salué la volonté du Conseil départemental de l’Isère de renforcer la position du territoire au plan du tourisme de montagne.

Alpes du Sud

Laurent Thélène

Les chiffres en retrait ne doivent pas masquer de très bons pics de fréquentation (ni le handicap que représente le tunnel du Chambon pour l’accessibilité de la clientèle). Durant l’exercice, la
section et ses partenaires – la Caisse des Dépôts, EDF, et les départements des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence – ont dressé le constat de l’importance de l’activité des domaines skiables en termes de retombées économiques et d’emplois.

Pyrénées

Bernard Malus

Assez paradoxalement, le massif s’est trouvé pénalisé par la fermeture préventive durant quelques jours en raison de très importantes chutes de neige fin janvier et durant le début des vacances de février.
Pour autant, les Pyrénées connaissent une année d’investissements conséquente : un frémissement annonciateur de tendance ?

Massif Central

Hervé Pounau

Grâce à une neige arrivée au bon moment, pour les vacances de février, le Massif Central parvient à un exercice relativement stable, et même en progression (+10 %) par rapport aux quatre derniers exercices. Un bilan satisfaisant pour cette section relativement « modeste » (14 exploitants dont 12 adhérents).

Jura

Philippe de Rosa

Derrière les +11 % de fréquentation, il subsiste une certaine disparité ; la bonne saison doit pour beaucoup aux très bons résultats des grosses stations du massif, et notamment Métabief et ses investissements en neige de culture.
A noter qu’un groupement d’opérateurs a permis un choix groupé en faveur d’une mutuelle d’entreprises.

Vosges

Jean-Yves Remy

Face à un déroulé de saison « exceptionnel », la progression de 38% doit être relativisée compte tenu des difficultés rencontrées les années précédentes.
Si le massif a pu compter sur une très bonne répartition de la clientèle de proximité, l’an prochain cette clientèle – Alsace, Lorraine et Champagne – sera regroupée sur une seule semaine de vacances scolaires…

Intervention de Pierre Montaz

Pierre MontazPierre Montaz, doyen de cette 77e édition du congrès de DSF, est monté à la tribune pour partager son expérience. L’un des pionniers en matière de transport par câble se bat encore aujourd’hui pour faire valoir les mérites de ce moyen de transport économique et écologique. S’il note avec joie que les années ont permis de progresser en matière de sécurité, il s’attriste de voir à quel point la réglementation en matière de transport par câble est aujourd’hui contraignante. On notera encore la grande passion avec laquelle Pierre Montaz parle de la montagne, milieu qu’il chérit comme nul autre, il nous rappelle d’ailleurs que « la montagne, ça vous gagne ».

 

Table ronde « Pratiques alternatives de glisse : quelle place en station ? »

Biarritz a été l’occasion pour les professionnels de la mer et de la montagne de se rencontrer, notamment autour d’une table ronde intitulée « Pratiques alternatives de glisse : quelle place en station ? ». Retour sur des débats enrichissants.

Frédéric Bas, Thierry Kuntz, Enak Gavaggio, Iker Aguirre et Serge Delemontex

Le but de cette table ronde était de confronter les différentes visions du monde de la montagne et de la mer, deux univers de glisse qui ont vu l’éclosion de nouvelles pratiques, qui se sont adaptées à de nouvelles modes, à un nouveau public. Au commencement de cette table ronde, un choc entre deux mondes, entre deux univers. Car si le monde du ski s’est rapidement professionnalisé tant au niveau des pratiques que de l’encadrement des compétitions, le surf, selon Frédéric Bas co-fondateur de Rip Curl Europe et président de la Fédération de l’industrie du surf, a longtemps été aux antipodes du monde du ski.
« Le championnat du monde de surf a été créé par les marques » rappelle-t-il. Certes ce n’est pas le cas dans le monde du ski, mais cela a permis aux marques, créatrices d’événement mondiaux et véritables vitrines d’un sport, d’un milieu, de détecter les champions de demain, de les faire éclore, de les intégrer aux différents circuits et donc de continuellement renouveler l’âge des consommateurs, point sur lequel butte bon nombre de stations aujourd’hui. De son côté, Thierry Kuntz, ancien snowboarder professionnel et représentant de diverses marques, tient à rappeler que dans le ski, les marques participent également, de part l’image qu’elles renvoient du sport et de la glisse au sens large, à donner envie aux nouvelles générations de skier. Il pense également que c’est en rendant les pratiques accessibles qu’elles trouveront une place en station. Les snowparks ont longtemps souffert d’une image élitiste mais cela évolue favorablement aujourd’hui. Il était nécessaire de les démocratiser et ça, les stations l’ont bien compris, car mieux vaut véhiculer une bonne image de ces espaces. En effet, ce sont aujourd’hui les clients qui participent activement à la communication de la station, via les réseaux sociaux, via les photos et vidéos qui sont partagées. Il est donc nécessaire de leur offrir des terrains de jeux adaptés à leur niveau, à leur pratique pour que le souvenir de leur séjour soit positif. Constat que partage bien évidemment Enak Gavaggio, skieur professionnel. « Les gens vont en station pour s’amuser […] le maître mot est s’amuser, il faut du ludique ». Pour ce dernier, il ne faut pas non plus parler de pratiques alternatives de glisse, il est nécessaire de casser les barrières entre les pratiques, toutes les disciplines doivent cohabiter et non pas être scindées. Thierry Kuntz le rejoint sur ce point et va plus loin car pour lui, « avant de voir apparaître de nouvelles pratiques, essayons de pousser le ski et le snowboard au maximum, il y a encore du potentiel ». Et question potentiel, Iker Aguirre de la société ho5, à son idée. Grâce à son expérience, qu’il a tenu à partager au travers de divers exemples, il a pu établir un constat : le ludique plait, quel que soit le type de glisse pratiqué. Il est donc nécessaire de lui accorder une large place en station car « il est très important de s’ouvrir à toutes les disciplines. Il ne faut pas être dans l’exclusion mais dans l’inclusion. Il est nécessaire de donner du plaisir aux gens, quelle que soit leur pratique. Il faut leur raconter une histoire ». Une histoire que ne tarderons pas à raconter les opérateurs de domaines skiables présents.

Fédération Française de Ski

756 596,96 €, c’est le montant de la contribution versée par les 250 stations de ski membres de Domaines Skiables de France à la FFS. Un geste qui illustre le soutien qu’apporte DSF aux sportifs français qui contribuent au rayonnement de la France à travers le monde.
Pierre Lestas, Pierre Vaultier, Michel Vion, Jean-Baptiste Grange et Jean-Yves Remy

 

Table ronde « s’adapter au changement : l’ADN des domaines skiables »

Les professionnels se sont réunis pour discuter de la forte capacité des stations à réagir aux bouleversements qui la touchent. Entre les évolutions technologiques, les variations économiques et le changement climatique, les domaines skiables ont toujours fait preuve d’une grande réactivité et d’une capacité d’adaptation exemplaire.

Christophe Chaix, Jean-Yves Remy et Michel Giroudy

Le climatologue Christophe Chaix, le Président délégué de DSF Jean-Yves Remy et pour France Montagnes Michel Giroudy, se sont réunis autour de cette table ronde. Malgré l’indéniable réchauffement des hivers, de près de un degré depuis les soixante dernières années, le bilan reste positif pour les stations. En effet, les domaines skiables ont su rebondir et s’adapter à cette variation. C’est en premier lieu au travers de la neige de culture que cette adaptation s’est mise en marche. Non seulement les stations se sont équipées d’enneigeurs, mais elles ont également appris à les utiliser de manière optimale. Disposant parfois de fenêtre de froid limitées, les stations ont travaillé à faire de la neige au bon moment. Mais les domaines skiables n’en sont pas restés là. Avec des innovations en terme de damage et de travaux de pistes, ils ont su rester à la pointe du succès et proposer des solutions toujours plus adaptées à leurs besoins.
Le changement climatique n’était pas le seul à être à l’honneur dans ce débat. Les stations ont également su faire preuve d’adaptation face à leur nouvel environnement. Entrées dans l’ère du numérique, elles ont su se connecter à leurs clients. En proposant tous leurs produits en ligne, elles ont surfé sur la vague internet.

Le fil conducteur des discutions a été l’innovation, une ligne que les domaines skiables ont toujours mis un point d’honneur à suivre. C’est en innovant, en investissant, que les stations ont réussi leur pari de toujours rester un secteur économique riche et attractif. Fini le tout ski, les stations proposent un panel d’activités diverses et variées afin de satisfaire une clientèle toujours plus exigeante et à la recherche de nouveautés.

 

Séquence Pitch Inno’

Sur l’initiative de DSF et du Cluster Montagne, sept entreprises innovantes dans le secteur de la montagne sont venues présenter leurs produits. Ces entreprises avaient 3 minutes pour se présenter, entre faux journal télévisé et sketchs, les représentants ont redoublé d’inventivité et d’innovation ! Au programme : Aeria, Ataway, EMD Ingénierie, Eurolase, Flexelec, Mountain Secu et Outdoor initiatives se sont succédés au pupitre.
Séquence Pitch Inno’

 

Les Cristaux de DSF

Le congrès de DSF a été l’occasion pour le syndicat de remettre ces « cristaux » afin de saluer les actions de membres honorables du syndicat. Cette année deux cristaux ont été décernés par Pierre Lestas et Jean-Yves Remy. Le premier a été remis à Jean-Pierre Berthet, de l’institut national du travail, président de la commission mixte paritaire. Le second a été décerné à Marta Rotes qui quitte la direction de ski Andorre.
Cristaux DSF 2015

 

Soirée de gala

Pierre-Yves ManfrediUne soirée aux couleurs basques. Le casino de Biarritz a accueilli une foule vêtue de blanc relevé d’un foulard rouge. Des chanteurs et musiciens interprétant des chants traditionnels qui ont ravi tous les convives. Un spectacle de danse magnifiquement chorégraphié par Thierry Malandain interprété par la troupe du Malandain Ballet Biarritz. Près de 600 personnes étaient réunies autour d’un repas savoureux et convivial qui a été suivi d’une soirée festive dans une salle vitrée.
Une soirée qui restera dans les mémoires, notamment grâce à la grande bienveillance de Pierre-Yves Manfredi, qui a une fois de plus su charmer les convives. Il a d’ailleurs pour l’occasion reçu la qualité de citoyen d’honneur de la ville de Biarritz. Ce titre lui a été décerné par Bernard Malus président de la section Pyrénées de DSF, avec la bénédiction du maire de Biarritz présent pour ce gala.

 

La vie des commissions

Commission Social Formation

Pierre-Yves Manfredi, David Ponson et Jean-Yves Remy se sont relayés pour évoquer une actualité riche. Pêle-mêle et sans exhaustivité : la recherche de voies de simplification du Code du travail pour retrouver une agilité professionnelle dans la relation avec les salariés, les travaux sur le statut du salarié saisonnier, le CDII (contrat à durée indéterminée intermittent), l’appui de DSF auprès des adhérents pendant un début de saison délicat, l’évaluation des postes exposés à la pénibilité ou encore la création du CQP de conducteur de téléski.

Commission économie-promotion

Le nouveau site de DSF été à l’honneur, plus lisible et plus complet, il apporte une visibilité au syndicat. Egalement au programme, la mesure de la longueur des pistes. Afin d’uniformiser sur l’ensemble des 250 station adhérentes à DSF, la méthode utilisée pour déterminer la longueur des pistes. L’agence relation presse et publique prend une nouvelle dimension en proposant une meilleure maitrise de la communication.

Commission Juridique et Fiscal

La commission présente son nouveau site réservé aux adhérents. Très accessible, il permet de faire des recherches complètes grâce à la sélection de quelques mots clés. Il regroupe toutes les informations utiles à la profession. Un nouvel outil pour une nouvelle méthode de travail où chacun qu’il soit expert ou novice est en mesure d’accéder à l’information qu’il recherche en matière juridique et fiscale.

Commission Remontées mécaniques

Le bilan de cette commission « RM », toujours attendu, était animé par Pascal Tournier et Yann Carrel. Au programme : les PGS (plan de gestion de la sécurité) et SGS (système de gestion de la sécurité) sur les remontées mécaniques, le toilettage des textes sur les téléportés - et notamment la marche de récupération d’urgence en secours pour limiter le recours à l’évacuation verticale – les chantiers à venir sur la sécurité - la détection de blocage de véhicules, les plans d’évacuation/extraction, ou encore l’aide à l’embarquement … - et la formation avec les travaux sur le CQP de conducteur de débrayable téléporté.

Commission Sécurité Santé au travail

Pilotée par Jean-Yves Salle avec l’appui de Robert Tardieu, la commission a beaucoup œuvré autour des résultats de l’enquête adhérents DSF lancée en mars 2015 : évaluer la prise ne compte de la sécurité et de la santé au travail dans le management des entreprises. Sur les 95 répondants, l’enquête affiche de très bons résultats sur les points pour lesquels il existe des contraintes règlementaires. Objectif : continuer à mobiliser les chefs d’entreprise pour progresser sur les autres points de sécurité et de santé au travail, afin que de nouvelles règlementations ne viennent pas les encadrer à l’avenir.

 

Michel Giraudy, Président délégué de France MontagnesFrance Montagnes

France Montagnes a dévoilé ses nouveaux accords avec de grands médias nationaux. MyTF1, Gulli, Libération, D8 sont les grands noms de ces accords. Différents supports, différents publics devraient apporter au monde de la montagne de nouveaux adhérents, grâce à une diffusion à grande échelle. Le printemps du ski était également à l’honneur avec le programme « ski family » qui devrait compter 40 à 50 stations adhérentes.

 

Signature d’une convention entre DSF et l’Afmont

Dans la continuité de la sécurisation des parcours des saisonniers, DSF et l’Afmont ont signé un accord visant à faciliter la continuité d’activités des salariés, au sein des opérateurs de domaines skiables l’hiver, et pour le compte des entreprises de l’Afmont, pourvoyeuses d’emploi durant la période estivale.
Didier Bic et Régis-Antoine Decolasse, président et vice-président de l’Afmont, Pierre Lestas et Jean-Yves Remy, président et président de la commission Social-Formation de Domaines Skiables de France.

 

 

David Gromier, MBS, Vincent Helary, TAS et Aymerick Bonnot, Ascenso.
David Gromier, MBS, Vincent Helary, TAS et Aymerick Bonnot, Ascenso.

Philippe Pellissier, Seirel Automatismes et Noël Blandon, DCSA
Philippe Pellissier, Seirel Automatismes et Noël Blandon, DCSA

Clément Nectoux et Jean-Claude Georges, Doppelmayr France.
Clément Nectoux et Jean-Claude Georges, Doppelmayr France.

Laurent Chelle, Les Arcs, Benjamin Blanc, ADSP, et Bernard Volk, Alpipro.
Laurent Chelle, Les Arcs, Benjamin Blanc, ADSP, et Bernard Volk, Alpipro.

Claude Gardet, Oz-Vaujany et David Aubonnet, Comag.
Claude Gardet, Oz-Vaujany et David Aubonnet, Comag.

Damien Lafaverges, Abest et Martin Francou, Géode.
Damien Lafaverges, Abest et Martin Francou, Géode.

Akim Boufaid, Guzet, Jean-Claude Dupla, Saint Lary Soulan et Béatrice Rodriguez, Altiservice.
Akim Boufaid, Guzet, Jean-Claude Dupla, Saint Lary Soulan et Béatrice Rodriguez, Altiservice.

Les équipes ArcelorMittal Wire Bourg-en-Bresse et Mécamont Hydro.
Les équipes ArcelorMittal Wire Bourg-en-Bresse et Mécamont Hydro.

Noël Blandon, DCSA et Christian Excoffon, Abest.
Noël Blandon, DCSA et Christian Excoffon, Abest.

Dominique Liegeois, La Féclaz.
Dominique Liegeois, La Féclaz.

Didier Blanchard, Caratech et Vincent Tassart, PGI France.
Didier Blanchard, Caratech et Vincent Tassart, PGI France.

Sylvain Philippe, Flaine, Jean Souchal, Poma, Pascal Tournier, Flaine et Bruno Malochet, Vars.
Sylvain Philippe, Flaine, Jean Souchal, Poma, Pascal Tournier, Flaine et Bruno Malochet, Vars.

Dominique Verdiel, Montagne Leaders, Alexandra Felli, Laurette Bonzy et Christophe Conte, Mountain Planet.
Dominique Verdiel, Montagne Leaders, Alexandra Felli, Laurette Bonzy et Christophe Conte, Mountain Planet.

Christian Montaz, Montaz Equipement et Jean-Denis Lagarde, Maulin Montagne Participation.
Christian Montaz, Montaz Equipement et Jean-Denis Lagarde, Maulin Montagne Participation.

Julie Sobol, Cluster Montagne, Guillaume Klein, Flexelc et Philippe Deleas, Aeria.
Julie Sobol, Cluster Montagne, Guillaume Klein, Flexelc et Philippe Deleas, Aeria.

Pascal Reichert, Eurolase et Pierre Di Girolamo, EMD Ingenerie.
Pascal Reichert, Eurolase et Pierre Di Girolamo, EMD Ingenerie.

Alain Barbier, Morzine et Régis Ferrier, Caratelli
Alain Barbier, Morzine et Régis Ferrier, Caratelli

Fabrice Gerlat et Alain Farabegoli, Loisirs Equipements.
Fabrice Gerlat et Alain Farabegoli, Loisirs Equipements.

Stéphane Hansen et sa compagne, CTH Ingenierie.
Stéphane Hansen et sa compagne, CTH Ingenierie.

Pascal Roux, MDP Consulting et Olivier Combaz.
Pascal Roux, MDP Consulting et Olivier Combaz.

Bernard Volk, Alpipro ; Michel Giraudy, France Montagnes, Francis Pillot, EDF et Philippe Cordon, Chamrousse.
Bernard Volk, Alpipro ; Michel Giraudy, France Montagnes, Francis Pillot, EDF et Philippe Cordon, Chamrousse.

Olivier Dubois, Thierry Chiesa, Olivier Sauvestre et Francis Niauffre, York.
Olivier Dubois, Thierry Chiesa, Olivier Sauvestre et Francis Niauffre, York.

Jacky Laronze et Nicolas Chapuis, BMF.
Jacky Laronze et Nicolas Chapuis, BMF.

Gilles Kraan, GMM, Pierre-François Adam, Cluster Montagne et Michel Rossi, IDM.
Gilles Kraan, GMM, Pierre-François Adam, Cluster Montagne et Michel Rossi, IDM.

Ludovic Bibollet, Ad2i, Marc Hutter, LST Ropeways System.
Ludovic Bibollet, Ad2i, Marc Hutter, LST Ropeways System.

Gilbert Naccarato, Comag, Thomas Thor-Jensen, Courchevel, Christian Laval, Poma et Thomas Faucheur, Avoriaz.
Gilbert Naccarato, Comag, Thomas Thor-Jensen, Courchevel, Christian Laval, Poma et Thomas Faucheur, Avoriaz.

L’équipe de Chamonix.
L’équipe de Chamonix.

L’équipe TechnoAlpin France.
L’équipe TechnoAlpin France.

Hubert Pollet-Villard, La Clusaz et Frédéric Lannes-Brun, Kässbohrer E.S.E.
Hubert Pollet-Villard, La Clusaz et Frédéric Lannes-Brun, Kässbohrer E.S.E.

Jean-Pierre Vischi et Michel Falco, GMM et Pierre Favre, TIM Ingénierie.
Jean-Pierre Vischi et Michel Falco, GMM et Pierre Favre, TIM Ingénierie.

Patrice Louzon, Kassböhrer E.S.E., Renaud Benoit, Tignes et Pascal Abry, Les Ménuires.
Patrice Louzon, Kassböhrer E.S.E., Renaud Benoit, Tignes et Pascal Abry, Les Ménuires.

Jean-Luc Caratelli, Caratech, Pascal Hugon, Châtel et Didier Blanchard, Caratech.
Jean-Luc Caratelli, Caratech, Pascal Hugon, Châtel et Didier Blanchard, Caratech.

Thierry et Sophie Jacquard, Jacquard Electromécanique.
Thierry et Sophie Jacquard, Jacquard Electromécanique.

Pascaline et Jean-Claude Olry, STBMA.
Pascaline et Jean-Claude Olry, STBMA.

Michel Falco, GMM et François Dalliet, Joly&Philippe.
Michel Falco, GMM et François Dalliet, Joly&Philippe.

Nathalie Saint-Marcel et Julie Sobol, Cluster Montagne, Damien Lafaverges, Abest et Pascal Darré, Sommital.
Nathalie Saint-Marcel et Julie Sobol, Cluster Montagne, Damien Lafaverges, Abest et Pascal Darré, Sommital.

L’équipe des Carroz d’Araches.
L’équipe des Carroz d’Araches.

L’équipe de La Bresse Hohneck.
L’équipe de La Bresse Hohneck.

Virginie Viau et Rafael Diaz, Olé Company.
Virginie Viau et Rafael Diaz, Olé Company.

Sébastien Martin, Poma et Pascal Darré, Sommital.
Sébastien Martin, Poma et Pascal Darré, Sommital.

Laurent Deleglise, La Toussuire et Didier Bobillier, Les Deux Alpes.
Laurent Deleglise, La Toussuire et Didier Bobillier, Les Deux Alpes.

Yves Guerpillon, Saint-Pierre de Chartreuse  et Didier Bic, Kässbohrer E.S.E.
Yves Guerpillon, Saint-Pierre de Chartreuse  et Didier Bic, Kässbohrer E.S.E.

Benjamin Blanc, ADSP, Christian Revebel, l’Alpe d’Huez, Pierre Lestas, La Clusaz et Didier Beuq, Villard-Corrençon.
Benjamin Blanc, ADSP, Christian Revebel, l’Alpe d’Huez, Pierre Lestas, La Clusaz et Didier Beuq, Villard-Corrençon.

Nicolas Poincignon, Les Arcs et François Dalliet, Joly&Philippe, Julien Joly, Joly&Philippe et Laurent Chelle, Les Arcs.
Nicolas Poincignon, Les Arcs et François Dalliet, Joly&Philippe, Julien Joly, Joly&Philippe et Laurent Chelle, Les Arcs.

Maurice Zinniger, Teamaxess, Philippe Alvin et Isabelle Vein, Navic.
Maurice Zinniger, Teamaxess, Philippe Alvin et Isabelle Vein, Navic.

Enric Barbier, Soldeu-El Tarter, Olivier Simonin, Méribel Alpina et Gilles Kraan, GMM.
Enric Barbier, Soldeu-El Tarter, Olivier Simonin, Méribel Alpina et Gilles Kraan, GMM.

Pascal de Thiersant, S3V, Pascal Abry, Les Ménuires, David Ponson, CDA et Didier Bic, Kässbohrer E.S.E.
Pascal de Thiersant, S3V, Pascal Abry, Les Ménuires, David Ponson, CDA et Didier Bic, Kässbohrer E.S.E.

Jean-Marc Silva, France Montagnes, Gérad Matis et Michel Giraudy, France Montagnes.
Jean-Marc Silva, France Montagnes, Gérad Matis et Michel Giraudy, France Montagnes.

David Ponson, CDA, Sandrine Berthillot, Parc National de la Vanoise, et Thomas Thor-Jensen, Courchevel.
David Ponson, CDA, Sandrine Berthillot, Parc National de la Vanoise, et Thomas Thor-Jensen, Courchevel.

Christophe Bottollier, DCSA, Agnes Pannier-Runacher, CDA, Christophe Tambourin, DCSA et Frédéric Marion, CDA.
Christophe Bottollier, DCSA, Agnes Pannier-Runacher, CDA, Christophe Tambourin, DCSA et Frédéric Marion, CDA.

Jean-Marc Vaccaro, Snowhall Amneville et Virginie Viau, Olé Company.
Jean-Marc Vaccaro, Snowhall Amneville et Virginie Viau, Olé Company.

Martin Francou, Geode et Marc Lanaspeze, TechnoAlpin
Martin Francou, Geode et Marc Lanaspeze, TechnoAlpin

Antoine Bellet, Valmorel et Alain Blas, Avoriaz.
Antoine Bellet, Valmorel et Alain Blas, Avoriaz.

Patrick Grand’Eury, Lumiplan Montagne et Roland Didier, MND Group.
Patrick Grand’Eury, Lumiplan Montagne et Roland Didier, MND Group.

Cédric Perretier, Serre-Chevalier et Louis Guily, Dianeige.
Cédric Perretier, Serre-Chevalier et Louis Guily, Dianeige.

Gérad Matis, FPS, Sébastien Mittelberger, Montagne Leaders et Philippe Cordon, Chamrousse.
Gérad Matis, FPS, Sébastien Mittelberger, Montagne Leaders et Philippe Cordon, Chamrousse.

Jean Souchal, Poma ; Dominique Verdiel, Montagne Leaders, Pierre Lestas, La Clusaz et Pascal Marchetti, BPA.
Jean Souchal, Poma ; Dominique Verdiel, Montagne Leaders, Pierre Lestas, La Clusaz et Pascal Marchetti, BPA.

Damien Notin, EDF, Pierre Métayer, Techfun et Francis Pillot, EDF.
Damien Notin, EDF, Pierre Métayer, Techfun et Francis Pillot, EDF.

Pierre et Christelle Combépine, La Turche.
Pierre et Christelle Combépine, La Turche.

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Jeudi 23 Mai 2019

Next Tourisme 2019 : « Destination expériences - Optimiser le parcours, valoriser le voyage »,
Paris (France)

Du 23 au 24 mai 2019

6e Conférence de l’Association francophone de management du tourisme,
Perpignan (France)

Du 23 au 24 mai 2019

10es Rendez-vous de l’UNAT « L’utilité publique du tourisme, l’utilité sociale des vacances »,
Carqueiranne (France)

Du 28 au 30 mai 2019

Congrès des stations de ski du Québec (au Chateau Bromont),
Cantons-de-l’Est (Canada)