A couper le souffle !

Mardi 14 Avril 2015

Qu’elles soient situées sur des promontoires rocheux, au sommet de montagnes ou sur des domaines skiables, certaines plateformes d’observation se parent désormais de planchers vitrés ou de garde-corps. De quoi donner le frisson aux téméraires qui osent s’y aventurer pour découvrir un panorama sensationnel.

A couper le souffle !

Aux quatre coins du monde fleurissent des belvédères d’un nouveau genre, réservés aux touristes avides de sensations fortes mais pas uniquement. Pour se faire peur, rien de plus simple : il suffit de faire un pas dans le vide et rester comme suspendu dans les airs, avec plusieurs centaines de mètres sous les pieds. Pourtant, pas question ici de compétences poussées d’alpinisme, tout a été pensé pour la sécurité et pour mettre à la portée de tous, y compris des familles, ce sentiment de vertige. Le secret ? Des promontoires dont les structures porteuses tentent de se faire les plus discrètes possible. Si les premiers de ce mouvement ont été les indiens Hualapai de l’Arizona, qui ont inauguré dès 2007 le Grand Canyon Skywalk, une passerelle horizontale en forme de « U » qui domine le fleuve Colorado et offre 1 000 mètres de dénivelé, le concept s’est vite répandu telle une trainée de poudre. Dans un premier temps, ces passerelles ou belvédères d’un nouveau genre ont investi les villes, Chicago, Madère, Auckland, Macau et bien d’autres, ils ont également rapidement investi les sommets. Offrant d’importants dénivelés et une vue à couper le souffle, les montagnes sont le terrain idéal pour ce type d’aménagement d’un nouveau genre qui suscite curiosité, attractivité mais également peur… petit tour d’horizon non exhaustif de ce qui peut se faire en montagne…

 

Chamonix, France

Le Pas dans le Vide

Un vieux rêve

Qui n’a jamais rêvé de marcher dans le vide ? De se laisser porter, sans aile ni voile dans le paysage ? Réservé dans un premier temps à une élite de funambules puis de highliners, faire un pas dans le vide est aujourd’hui un rêve, accessible à tous.

Le Pas dans le Vide. Chamonix, FrancePlongé dans une nouvelle expérience, unique et innovante, c’est ce que propose la Compagnie du Mont-Blanc, CMB, aux visiteurs de l’Aiguille du Midi grâce au Pas dans le Vide. Vous avez déjà eu la chance de vous y confronter ? Non ? Alors n’ayez crainte, suivez le guide…
L’expérience commence dès Chamonix, lorsque l’on embarque dans les mythiques cabines de l’Aiguille du Midi. Les portes se ferment, la cabine avance et atteint en quelques minutes le Plan de l’Aiguille situé à 2 310 mètres d’altitude. Changement de cabines et d’ambiance. La montagne s’efface peu à peu et laisse place à la haute-montagne, à l’univers des glaciers et des hauts sommets qui tutoient allègrement les 4 000 mètres. Ça y est, plus que quelques secondes… la cabine franchit les derniers mètres et entre en gare d’arrivée. Les portes s’ouvrent, les effets de l’altitude se font sentir, les pas sont plus lourds, la respiration plus rapide mais il faut encore avancer et s’élever sur ce piton rocheux qui culmine à 3 848 mètres d’altitude. Enfin, nous y voilà. Mais avant d’entrer, il faut s’équiper. Ici, nul besoin de baudrier, de crampons mais de chaussons, non pas d’escalade mais de simples chaussons. Une fois chaussé, il faut désormais avancer vers l’inconnu, le vide. Pas après pas, le cube se rapproche, le vide aussi. Mais ce pas, ce dernier pas dans le vide, doit-on le franchir ou s’en affranchir ?
Sans hésiter, il faut le franchir, car l’expérience est unique. Le Pas dans le Vide offre une expérience unique au monde, une plongée dans l’inconnu, une vue impressionnante et des sensations uniques. Isolé dans un cube de verre ouvert sur l’une de ses faces, l’expérience est à son apogée. Face à nous, le Brévent, la Flégère. A gauche, le Mont-Blanc, à droite,
l’Aiguille Verte et tant d’autres sommets mythiques et, sous nos pieds, 900 m de vide. Oubliez ce que vous avez pu connaître ou découvrir auparavant, le Pas dans le Vide est unique au monde car ce que la CMB a fait, c’est démocratiser la haute montagne, l’ouvrir et la faire découvrir au plus grand nombre.

Un concentré de technologie

Le Pas dans le Vide. Chamonix, FranceL’idée est née il y a quatre ans d’une réflexion collégiale autour de la remise en valeur du site de l’Aiguille du Midi. Mathieu Dechavanne, Pdg de la CMB et les autres personnes assises à la table pensent émotion, sensation, nouvelle expérience. Le fil conducteur des échanges est de se rapprocher de ce que vit un alpiniste, le Pas dans le Vide est ainsi né. Une fois l’idée d’un cube de verre suspendu trouvée, il fallait la concrétiser et, ce ne fut pas simple car il n’y avait aucun exemple sur lequel se baser. Si l’emplacement a rapidement été choisi, offrant un vide impressionnant et une vue magnifique, le reste a été plus compliqué, plus long. Déjà, l’Aiguille du Midi est située dans un site classé, ce qui a forcément un impact particulier sur les décisions administratives nécessaires au bon déroulement du projet et du chantier. À cela se sont ajoutées les contraintes techniques. Le Pas dans le Vide devait pouvoir résister à une amplitude thermique de 60°C, de -40°C à +20°C, à des vents de plus de 200 km/h, à des accumulations rapides de givre et de neige. Trois années ont été nécessaires pour aboutir au projet final. Entre temps, le Pas dans le Vide a subi de nombreux tests, notamment en soufflerie, et a du respecter la procédure d’avis technique expérimental, très contraignante. Mais outre l’idée, ce qui rend le Pas dans le Vide unique au monde, c’est la technologie qui a été utilisée. La volonté de la CMB était de proposer un cube en verre, le plus pur possible pour que la plongée dans le vide soit naturelle, sans interférence artificielle. Et ce fut chose fait grâce à la société Dania qui a proposé un vitrage sans décoloration des lumières via un verre extra clair et quasiment incassable. Pour concrétiser le projet, de nombreuses sociétés ont exprimé leur savoir-faire et repousser leur limite. À ce titre, Lobœuf, ER2i, DCSA, le bureau de contrôle Apave, le bureau d’étude allemand Verrotec qui a notamment vérifié toutes les hypothèses de calcul et qui a beaucoup œuvré pour la réalisation des tests, CIC Orio et Accro BTP à qui l’on doit la structure sur laquelle est posée le cube, Pascal Brun pour la partie héliportage et VLM, les monteurs de l’extrême, ont beaucoup œuvré pour la réussite du projet initié par la CMB. D’une dimension intérieure de 2 m de large, d’1,70 m de profondeur et de 2,45 m de haut, le Pas dans le Vide est une prouesse technologique et humaine et les 500 000 euros investis pour sa réalisation ne sont rien comparés aux émotions qu’il est possible de lire sur les visages des très nombreux visiteurs qui fréquentent le site et qui continueront de le faire à l’avenir.

Photos : © DR

 


Dachstein, Autriche

“L’escalier vers nulle part”

Un perchoir s’avançant dans le vide

“L’escalier vers nulle part” Dachstein, Autriche © Gery Wolf

Depuis juillet 2013, le domaine skiable autrichien du glacier du Dachstein s’est doté d’une passerelle suspendue et d’une seconde plate-forme panoramique sur les Alpes. Elles sont toutes deux perchées à 2 700 m d’altitude sur le sommet du Hunerkogel et sous celui du Hoher Dachstein, 2 995 m, point culminant du massif du Dachstein.

Accessible en télécabine, panoramique elle aussi, depuis Ramsau notamment, la première plate-forme, le Skywalk du Dachstein, s’avance de plus de 4 m au-dessus du vide, elle avait été construite en 2005. Avec une partie de son plancher en verre, elle offre une expérience inouïe de vide et une vue à 360 degrés, à environ 400 m du sol, tout en étant capable d’accueillir 150 personnes. Le vitrage est en verre de sécurité triple feuilleté, composé de 3 x 12 mm de verre flotté. C’est Trofisol qui s’était occupée de sa construction, une division du groupe Kuraray au Japon.
La seconde plate-forme, terminée à l’été 2013, d’environ 1 m de longueur et de largeur, est nommée « l’escalier vers nulle part ». En effet, 14 marches descendent jusqu’à elle, pour donner davantage l’impression de s’avancer dans le vide, à en avoir le vertige ! A cet effet, l’escalier est composé de parois en verre et d’un sol métallique. Mais avant d’arriver là, passage obligatoire par la passerelle suspendue, une des plus hautes d’Europe, à 2 700 m d’altitude et environ 300 m du sol. De près de 100 m de long, celle-ci relie également le Palais de glace, connu dans la région.
“L’escalier vers nulle part”. Dachstein, Autriche. © Gery Wolf

Un produit 4 saisons

Bien sûr, l’accessibilité à toutes ces attractions est un paramètre essentiel pour leur attractivité. Aussi, l’accès au glacier du Dachstein s’effectue par la vallée de l’Enns, soit en bus via la ligne régulière en partance de la gare de Schladming, soit en voiture par une route de montagne bien aménagée. Au bout de 18 km on atteint le haut plateau de Ramsau, qui s’élève de 1 100 m à 1 300 m. Plus loin, en empruntant la route panoramique du Dachstein, on arrive à la station inférieure du téléphérique du chalet Türlwand, à 1 700 m d’altitude, qui mène à la station supérieure du Hunerkogel, à 2 700 m. Avec son restaurant self-service panoramique moderne, le Dachstein Skywalk compte parmi les plus beaux points de vue des Alpes orientales. La passerelle et l’escalier donnent désormais une vue encore plus vertigineuse sur l’impressionnant versant sud du massif du Dachstein et sur les plus beaux sommets des Alpes, jusqu’au massif slovène du Triglav.
Même si le Dachstein était déjà un lieu très touristique car c’est le plus haut et vaste glacier des Alpes orientales, et l’une des destinations les plus visitées de la région, ces nouveaux aménagements à sensations, de plus en plus recherchés par la clientèle, ne font que renforcer son attractivité et sa fréquentation.

“L’escalier vers nulle part”. Dachstein, Autriche. © Gery Wolf

Photos : © Gery Wolf

 


Les Diablerets, Suisse

Peak Walk by Tissot

« Offrir un feeling de haute montagne »

Les Diablerets, Suisse

Relier deux sommets des Alpes suisses par un pont suspendu, c’est le pari relevé et réussi par Glacier 3000, aux Diablerets, grâce au Peak Walk by Tissot.

“Faire ressentir des émotions » c’est l’objectif de la dernière nouveauté sur le domaine des Diablerets. « Nos clients viennent pour la montagne, les panoramas et la neige, mais nous devons aussi savoir répondre à leurs attentes plus originales. » précise Bernhard Tschannen, directeur de Glacier 3000. Après 5 années de réflexion l’opérateur du domaine skiable des Diablerets a donc décidé l’aménagement d’un pont piéton suspendu, en haut du domaine de Glacier 3000, reliant deux sommets des Alpes suisses : View Point et Scex Rouge (2 971 m). Objectif : créer une passerelle métallique la plus discrète possible permettant de rejoindre Scex Rouge et d’en faire le tour. Les travaux ont débuté en juin 2014 sous la houlette de la société Seiler AG ; le pont a pu ouvrir au mois d’octobre.

Les Diablerets, Suisse

Respecter l’environnement

L’ouvrage, de 107 mètres de longueur pour 80 centimètres de largeur, est fixé dans la roche de part et d’autre, et en son milieu ; au total cela représente 20 points d’ancrage, de 6 à 12 m de long, avec des capacités unitaires de charge allant de 30 à 72 tonnes. Le pont s’appuie sur quatre câbles porteurs principaux de 45 mm de diamètre ; fournis par Fatzer, ils autorisent 120 tonnes de capacité de charge. Coût total de la structure : 1,8 M CHF.
L’intégration environnementale faisait partie des objectifs de cet aménagement. Hormis les ancrages qui ont inévitablement nécessité le recours au béton, la structure métallique se veut la plus discrète possible « Nous avons fait en sorte qu’aucun mât ne vienne perturber le paysage, et nous avons souhaité des fondations les plus basses possibles. »

Cervin, Mont Blanc, Eiger, Mönch, Jungfrau…

Le Peak Walk by Tissot est ouvert depuis le mois d’octobre dernier, il est accessible librement depuis la gare amont du téléphérique Cabane-Scex Rouge pour les possesseurs d’un forfait sur le domaine skiable. « Bon nombre de visiteurs sont des skieurs qui s’y rendent directement en chaussures de ski ». Et déjà les retours de la clientèle sont à la hauteur des sensations ressenties, et du panorama grandiose proposé : le Cervin, le Mont Blanc, l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau pour ne citer qu’eux !
L’ouvrage est ouvert toute l’année, sous réserve des conditions météorologiques ; ceci étant, le Peak Walk a été étudié pour résister à des vents de 250 km/h, y compris s’il devait être chargé de neige. A près de 3 000 mètres d’altitude, le pont offre à ses visiteurs une bonne dose d’adrénaline durant la centaine de mètres que dure la traversée. Pour Bernhard Tschannen, le pari est réussi, « le Peak Walk permet de créer des souvenirs, d’offrir un feeling de haute montagne à notre clientèle », et ce en toute sécurité grâce à une main courante de 1,20 m de haut.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Peak Walk by Tissot a été inauguré par l’explorateur et aventurier Mike Horn… Plus qu’un pont, une expérience !

Photos © Glacier 3000

 


Montagnes Rocheuses, Canada

Glacier Skywalk

Sous les sommets des Rocheuses

Skywalk

1 950 m d’altitude, entre les Parcs nationaux de Banff et de Jasper au cœur des Rocheuses canadiennes, dans la province d’Alberta, le Glacier Skywalk est une plate-forme de verre suspendue à 280 m au-dessus de la vallée glaciaire de Sunwapta et à 35 m du bord de la falaise.

SkywalkConstruit en 17 mois et ouvert au public en mai 2014, il est devenu une attraction phare qui bénéficie désormais d’une renommée mondiale. Tel un véritable chef-d’œuvre architectural, dont les dessins ont été primés au Festival International d’Architecture en 2011, le Glacier Skywalk est un vaste arc d’acier suspendu à la falaise et s’avançant au-dessus du vide. Le sol est entièrement vitré pour procurer cette sensation aux visiteurs et offri une vue époustouflante sur les sommets alentour, notamment sur le plus haut, le glacier et Mont Columbia qui s’élève à 3 747 m, et sur le Mont Kitchener à 3 505 m. Marcher au-dessus du vide, une attraction forte de son succès pour le Parc de Jasper que la clientèle de toutes origines est clairement curieuse de venir ressentir sur place. La facture de cet exploit architectural s’élève à plus de 14 millions d’euros. Fondée en 1892, c’est Brewster Travel Canada, l’agence de voyages et exploitant de trois autres attractions, qui est à l’origine du projet. Ce dernier a été dessiné par Sturgess Architecture et conçu par Read Jones Christofferson, consultant en ingénierie, avec l’aide de PCL Construction Management. Brewster Travel Canada avait commandé une étude d’impact de 169 pages pour se conformer à la politique de Parks Canada, l’agence gouvernementale canadienne en charge des parcs naturels. L’agence organise des visites guidées dans les Rocheuses depuis plus d’un siècle et a encore amélioré l’expérience client avec cette nouvelle réalisation à sensations. Leurs trois autres curiosités ? Le Glacier Adventure Tour emmène les visiteurs à bord du Ice Explorers, bus spécialement conçu pour les voyages glaciaires sur la surface du Glacier Athabasca. Le Banff Gondola les amène en télécabine aux sommets et les bateaux Banff Lake Cruise leur fait découvrir les Rocheuses par l’eau.

Le vide, dopeur de fréquentation

Le Glacier Skywalk est ouvert au public tous les jours de mai à octobre, moyennant un forfait de 16,50 € par adulte et de 8,25 € par enfant. L’entrée au site inclut également le transport en bus depuis le Centre de découverte du « Champ de glace Columbia », un vestige de l’épaisse masse de glace qui recouvrait autrefois les montagnes de l’Ouest canadien, jusqu’au Glacier Skywalk. Sur un premier sentier thématique de 400 mètres qui longe le bord de falaise, un audio-guide portatif permet au visiteur d’en apprendre davantage sur la géologie, la glaciologie, l’environnement et l’histoire évolutive du champ de glace Columbia. Ensuite, le visiteur s’aventure sur l’arc de verre de 280 m de long et peut admirer la vallée de Sunwapta, le canyon et ses cascades se dérober sous ses pieds. Bientôt un an qu’il a été inauguré et déjà 250 000 personnes ont pu en profiter ! Aucun doute que la fréquentation des parcs nationaux Jasper et Banff, entre lesquels est situé le Glacier Skywalk, a été dopée et continue sur cette lancée.

Photos © Brewster Travel Canada

 


Lans-en-Vercors, France

Vertige des Cimes

La passerelle à sensations

Lans-en-Vercors France. La passerelle à sensations

Une attraction épatante a vu le jour cet hiver en Isère, en France : c’est le Vertige des Cimes, la nouvelle passerelle suspendue dans le vide à découvrir sur le domaine skiable de Lans-en-Vercors.

Entièrement sécurisée, elle permet de marcher à 300 mètres de vide ; 1 400 mètres au-dessus de Grenoble pour profiter d’un panorama à 360° sur les massifs environnants, à couper le souffle ! « Naturellement, ce point de vue à 360° au sommet du téléski de la Combe des Virets est une chance. C’était déjà un endroit très apprécié et bien connu des skieurs, marcheurs et cyclistes. Eté comme hiver, le point de vue est fréquenté depuis longtemps, il fallait le mettre en valeur » affirme Ludovic Moulin, directeur d’exploitation du domaine skiable de Lans-en-Vercors. Construit sur une falaise à la verticale, le Vertige des Cimes offre une vue imprenable sur Grenoble et tous les massifs alentour : Chartreuse, Belledonne, Taillefer, Oisans, et même plus lointains, Dévoluy et Mont-Blanc. Chaque hiver, 150 000 skieurs passent à cet endroit et peuvent désormais admirer un panorama unique sur la passerelle facilement accessible. En toute saison, par le téléski ou via les sentiers, elle est gratuite d’accès. Dès l’année prochaine, une table d’orientation sera installée.

La passerelle à sensations. Lans-en-Vercors France.

Provocateur d’émotions

Pour l’aspect technique, le Vertige des Cimes est composé d’une structure métallique de 5,20 mètres de longueur et de 2,30 mètres de largeur avec des poutres intermédiaires. Le reste des garde-corps est soudé, le plancher est réalisé en caillebotis métallique de maille 40x40 pour entrevoir le vide sous ses pieds. Elle est totalement sécurisée grâce au remplissage des garde-corps et un grillage maintenu à l’aide d’attaches hautes et basses fixées sur un câble métallique.
La majeure partie du massif béton de 5,80 m3 est enterrée et la passerelle est fixée sur le massif par l’intermédiaire de quatre ancrages passifs. Ce sont des constructeurs locaux qui ont œuvré sur le Vertige des Cimes, dont les travaux ont débuté en septembre 2014 et ont été terminés dans les temps pour l’ouverture du domaine le 20 décembre. Alors que CNA a réalisé l’étude du projet, la SERM s’est occupée de la construction de la passerelle et Multi-Pat du génie civil. La CETA s’est chargée du levage de la passerelle et la régie du domaine de Lans-en-Vercors du terrassement et de la pose.
Evidemment, l’objectif est de favoriser la fréquentation du domaine de Lans-en-Vercors. Il bénéficie désormais d’une activité supplémentaire, nouvelle et insolite à proposer aux visiteurs et aux locaux, même en dehors de la saison d’hiver. En misant sur l’expérience du vide, très recherchée par la clientèle en quête de sensations, Lans-en-Vercors s’offre un nouveau moteur de fréquentation pour le site et la région.
Ludovic Moulin a déjà remarqué une augmentation du nombre de journées-skieurs et des retombées économiques positives pour le domaine.

Photos : © Jérôme Narcy

 


Tianmen Mountain, Chine

Walk of Faith

1 430 mètres de vide absolu !

walkoffaith

Littéralement traduit par « Marche de la Foi », la passerelle de verre perchée à 1 430 m d’altitude sur les flancs de la montagne du Tianmen, située près de Zhangjiajie dans la province du Hunan en Chine, porte bien son nom.

Ouvert au public depuis fin 2011, le Walk of Faith est devenu l’une des passerelles les plus réputées au monde, que ce soit en termes de sensations ou de panoramas exceptionnels, au même titre que le Skywalk du Grand Canyon aux Etats-Unis. La passerelle a été construite le long des flancs de la montagne Tianmen, accrochée à ses parois verticales sur 1,6 km de longueur, elle en rejoint le sommet Yunmeng. Sa partie la plus haute est en verre transparent, elle mesure 60 m de long avec 2,5 cm d’épaisseur et environ 1 m de largeur. Elle permet de voir le fond du canyon mais surtout, le verre sous ses pieds donne l’impression de marcher dans le vide et c’est exactement ce que viennent chercher les visiteurs : des sensations fortes. Sans aucun doute, le Walk of Faith apporte une réelle valeur ajoutée au Parc national forestier de la Montagne du Tianmen, qui n’est situé qu’à 11 km du centre-ville de Zhangjiajie, où vivent environ 1,6 million d’habitants. Ce dernier est desservi par une des plus longues lignes de télécabines au monde – signée Poma – qui parcourt 7 km et facilite l’accès au site. Autant de facteurs, notamment des plus insolites et innovants, qui favorisent une fréquentation importante du lieu.

walkoffaith

« Stupéfiant », la peur attire

Les ouvriers ont travaillé dans des conditions incroyables pour réaliser ce chantier très dangereux, qui a duré dix ans au total. Pour atteindre le Walk of Faith, les futurs visiteurs sont prévenus : habituellement deux heures d’attente pour la télécabine et prévoir plus d’une demi-journée pour faire le tour du site. Partant près de la gare de Zhangjiajie pour arriver à 1 270 m sur le Mont Tianmen, l’été, la télécabine ouvre à 7 h 30, l’hiver à 8 h et elle ferme ses portes à 16 h. Selon les périodes de l’année notamment, le prix de l’aller-retour peut varier de 23 – tarif étudiants – à 38 euros.
Une fois arrivés là-haut, la longue passerelle d’1,6 km et sa partie en verre vous emmènent au Temple sacré, après un autre sentier ou au choix, un télésiège. La suite réserve encore 999 marches à arpenter pour atteindre la Grotte de Tianmen et le sommet. Surnommée la Porte du Paradis, Tianmen Cave est une des grottes naturelles les plus élevées au monde, à 1 520 m d’altitude.
Elle est sacrée pour les Chinois, notamment pour son impressionnante cavité de 131,5 m qui en fait une porte percée dans la montagne et surtout une des plus grandes légendes du pays. Inutile donc de vous dire que Tianmen est plus qu’un lieu touristique pour les Chinois, pour beaucoup il s’agit d’une forme de pèlerinage. Désormais, le Walk of Faith du Tianmen est reconnu dans le monde entier comme l’une des installations dans le vide les plus stupéfiantes. Pour preuve, de plus en plus de touristes étrangers s’y déplacent pour y admirer les panoramas extraordinaires et vivre cette épatante expérience du vide.

walkoffaith

Photos © Zhangjiajie Tourism

 

Commandez en ligne le numéro 248 de Montagne Leaders ou abonnez-vous.

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Jeudi 23 Mai 2019

Next Tourisme 2019 : « Destination expériences - Optimiser le parcours, valoriser le voyage »,
Paris (France)

Du 23 au 24 mai 2019

6e Conférence de l’Association francophone de management du tourisme,
Perpignan (France)

Du 23 au 24 mai 2019

10es Rendez-vous de l’UNAT « L’utilité publique du tourisme, l’utilité sociale des vacances »,
Carqueiranne (France)

Du 28 au 30 mai 2019

Congrès des stations de ski du Québec (au Chateau Bromont),
Cantons-de-l’Est (Canada)