De la théorie à la pratique pour le 3e congrès de l’INTI

Vendredi 16 Décembre 2016

Après Buenos Aires en 2012 et San Carlos de Bariloche en 2014, l’Institut National de Technologie Industrielle, ou INTI, a à nouveau investi la ville de la province du Río Negro située à 1 650 kilomètres de la capitale argentine. C’est donc au pied des Andes et sur les bords du lac Nahuel, que l’INTI a organisé, du 26 au 28 octobre derniers, son troisième congrès.

Organisé notamment en partenariat avec Andes Líderes, ce congrès a rassemblé de nombreux opérateurs de transport par câble sud-américains se retrouvant pour des conférences studieuses et variées - alternant exposés techniques et retours d’expérience au gré des appareils entrant en exploitation mais également des projets en devenir – mais aussi des visites de terrain. Retour sur un événement qui, édition après édition, devient incontournable. Près de 170 personnes étaient présentes fin octobre à Bariloche pour assister au 3e congrès latino-américain du transport par câble. De nombreux représentants des stations chiliennes et argentines s’étaient déplacés, notamment en provenance de Chapelco, Las Leñas, Portillo, La Parva, La Hoya, Osorno, Las Pendientes, Cerro Bayo, Cerro Castor ou encore Cerro Catedral et Valle Nevado pour ne citer qu’elles. De nombreuses entreprises avaient également répondu présentes telles que Doppelmayr et Poma, partenaires de l’événement, Kässbohrer, Technoalpin, Isotec, Patagonia Mountains ou encore TAM Ingeneria et IDM. Si le Chili et l’Argentine étaient plus que représentés, des émissaires en provenance du Pérou, d’Equateur et de Colombie étaient présents, tout comme certains européens.

Le transport urbain, comme une évidence
La première partie du congrès s’est focalisée sur le transport urbain. L’occasion pour les deux grands constructeurs, Doppelmayr et Poma, de montrer leurs dernières réalisations en Amérique Latine, de faire part des problématiques et solutions rencontrées mais aussi de redéfinir ce qu’est le transport par câble avec ses avantages mais aussi ses limites. « Pendant de nombreuses années, l’objectif a été de déplacer des véhicules et non pas des personnes. Le vélo, puis la mobylette ou moto et enfin la voiture, sont devenus des vitrines d’un certain statut social et économique. Les pouvoirs publics se sont donc attachés à développer les infrastructures pour que ces véhicules puissent se mouvoir dans l’espace public » explique Daniel Lewinsky, représentant de Doppelmayr en Argentine, avant d’ajouter que « quand on parle de transport par câble, on parle de déplacer des personnes et non pas des véhicules. Le transport par câble n’est pas en compétition avec le trafic urbain […] Par ailleurs le transport par câble est un transport de point à point, ce qui le rend nécessairement multimodal pour pouvoir répondre aux besoins ». Et Poma d’en faire la démonstration avec les différentes lignes de Metrocable construites à Medellin, en Colombie, où les passagers viennent à pied ou à vélo jusqu’aux arrêts de bus, qui les mènent ensuite jusqu’aux stations de Metrocable. Supports très utilisés par les deux fabricants, les visuels ont permis de mettre en parallèle le nombre de bus/voitures pour transporter 2 000 personnes, comparativement au nombre de passagers par heure de leurs installations. Par exemple, une ligne de transport par câble de 2 km à 6 000 pers/h (double sens) équivaut à 25 bus avec un coût de maintenance nettement inférieur et un coût environnemental sans commune mesure. L’aspect environnemental fait bien évidemment partie des arguments fort des deux constructeurs, tant en terme de pollution que de bruit, de consommation et de maintenance. L’impact visuel souligné par l’un des congressistes est quelque peu évacué par les deux industriels, allant jusqu’à mettre en avant un exemple de mise en valeur des maisons sous les lignes du fait de leur visibilité depuis le ciel.
Les deux constructeurs se sont attachés à démontrer l’intérêt du transport par câble en tant que transport de point à point pour la gestion des obstacles, les problèmes de trafic, le relief géographique (montagnes, rivières…), et notamment le fait que le transport par câble n’a pas exclusivement besoin de franchir du dénivelé. En effet, certaines des dernières réalisations de transport urbain, par exemple la télécabine que Poma construit actuellement à Saint Domingue, capitale de la République Dominicaine, se fait en l'absence totale de relief.
Un élément intéressant mis en exergue notamment par Daniel Lewinsky de la société Doppelmayr, est le retard en termes de réglementation par rapport aux progrès techniques, notamment concernant les limitations de vitesse réglementaires qui sont désormais bien en deçà de ce que peuvent gérer les constructeurs. Nul doute que cela devrait évoluer à l’avenir, et que les constructeurs pourront dès lors laisser libre cours à leurs innovations afin de penser des installations encore plus rapides. Enfin, les différents conférenciers ont mis en avant la nécessité de planifier le transport urbain, soulignant l’importance des freins liés aux lobbies pro-routes mais aussi le fait qu’il n’existe en général pas d’analyse des flux de circulations et donc que les autorités gèrent l’urgence sans avoir de vision dans le temps.

Un congrès interactif
Pour cette troisième édition, l’accent avait été mis sur l’interactivité avec les congressistes. Outre les visites des installations de Cerro Otto et de Cerro Catedral, différents ateliers de tests ont été organisés. Après différentes conférences sur « l’art d’identifier et de prévenir les défauts structurels dans les moyens de transport par câble » ou bien des « cas pratiques d’analyse de failles structurelles dans les moyens de transport par câble », chacun des congressistes a pu assister à différents tests de détection de défauts sur des pièces réelles, avant de participer activement et de réaliser eux même ces opérations de maintenance. Plusieurs ateliers tournants avaient en effet été mis en œuvre permettant la réalisation par chacun de test aux particules magnétiques, de tests aux ultrasons ou encore via des liquides pénétrants. Enfin, une très intéressante conférence/atelier sur la formation interactive 3D en pédagogie virtuelle, proposée par Doppelmayr, a permis à chacun de voir l’évolution en cours quant aux outils de formation à distance. Souvenez-vous, Poma avait présenté le premier outil du genre à l’occasion du dernier salon Mountain Planet. Conçu comme un véritable jeu 3D où le participant doit solutionner des problématiques dans divers scénarios plus ou moins complexes, ces outils permettent de se déplacer dans un univers 3D reconstitué et de se former avant même que l’installation ne soit opérationnelle, avant même que l’appareil ne soit installé.

L’édition 2016 de cet INTI-MTC a finalement été l’occasion pour le petit monde lié au transport par câble en Amérique du Sud, de se retrouver et d’échanger sur les problèmes rencontrés, les projets ou les réglementations. La prochaine édition du congrès de l’INTI devrait avoir lieu à Salta ou à San Martin de Los Andes afin de permettre la visite in situ d’autres types d’infrastructures, Salta disposant d’un télécabine et San Martin de Los Andes du centre de ski de Chapelco.

10 ans d’investissement de l’INTI dans le transport de personnes par câble
Cela fait maintenant dix ans que l’Institut National de la Technologie Industrielle argentin est investi dans le transport de personnes par câble, retour en date sur les différentes actions de l’INTI en faveur du transport par câble.

2006 Journées de la sécurité dans le transport par câble à San Martin de Los Andes
2007 Réunion nationale d’analyse des normes et règlements de sécurité des installations pour le transport de personnes par câble à San Carlos de Bariloche
2008 Réunion des représentants publics et privés du secteur à l’INTI. Journée de recompilation, étude et discussion des normes internationales
2010 Décret 608/2010 sur l’importation de matériel pour les centres de ski
2011 Brochure sur la Sécurité dans les transports de personnes par câbles (sauf ascenseurs) et complément sur la sécurité des activités dans le domaine skiable des centres de ski
2012 Décret 2646/2012 sur l’importation de matériel usagé
2012 Premier congrès latino-américain de transport par câble à Buenos Aires
2014 Second Congrès latino-américain sur la sécurité des transports de personne par câble INTI- MTC (Medio de transporte por Cable) à San Carlos de Bariloche
2016 Troisième Congrès latino-américain sur la sécurité des transports de personnes par câble INTI-MTC à San Carlos de Bariloche
2018 Réunion du Comité technique de l’OITAF (Organisation internationale de Transport par câble) en Argentine.
2018 Quatrième Congrès latino-américain sur la sécurité des transports de personne par câble INTI MTC.

© Cedric Larcher

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Jeudi 23 Mai 2019

Next Tourisme 2019 : « Destination expériences - Optimiser le parcours, valoriser le voyage »,
Paris (France)

Du 23 au 24 mai 2019

6e Conférence de l’Association francophone de management du tourisme,
Perpignan (France)

Du 23 au 24 mai 2019

10es Rendez-vous de l’UNAT « L’utilité publique du tourisme, l’utilité sociale des vacances »,
Carqueiranne (France)

Du 28 au 30 mai 2019

Congrès des stations de ski du Québec (au Chateau Bromont),
Cantons-de-l’Est (Canada)