Interview : Aníbal Gaviria Correa - Maire de Medellín

Mardi 5 Mai 2015

Medellín fut la première ville au monde à se doter d’un réseau de transport par câble en milieu urbain. Modèle de réussite, cette initiative de la municipalité a depuis porté ses fruits et fait des émules dans de nombreuses villes dans le monde comme à Londres, Rio de Janeiro, Ankara, La Paz, Cali, Manizales ou encore Nizhny Novgorod. Alors que Medellín s’équipe actuellement de deux nouvelles lignes de transport par câble qui étendra encore plus le réseau déjà couvert par le système du Metrocable, revenons sur la genèse du projet, sur la réalisation des premières lignes. Pour ce faire, donnons la parole à Aníbal Gaviria Correa, maire de Medellín, qui a réussi le pari de métamorphoser sa ville grâce à un mode de transport alternatif et complémentaire aux systèmes dits « traditionnels ».

Interview : Aníbal Gaviria Correa - Maire de Medellín

Montagne Leaders > Pour réaliser la première ligne du Metrocable à Medellin, vous êtes-vous inspirés de certaines réalisations, en Amérique du Sud ou en Europe, implantées dans les stations de ski ou dans certaines villes touristiques ?

Aníbal Gaviria Correa > En réalité ce sont les montagnes qui entourent la ville de Medellín et la nécessité d’améliorer la mobilité urbaine pour les communautés installées sur leurs flancs qui ont été notre source d’« inspiration ». Cependant, lorsque les études ont débuté, nous avons pris comme référence la télécabine de la ville de Funchal sur l’île de Madère au Portugal, car il s’agissait d’un système de transport par câble qui, bien qu’étant destiné au tourisme, survolait des zones habitées sur son parcours.

 

ML > Pourquoi avez-vous privilégié et choisi le transport par câble ? Quel était l’objectif poursuivi par la Municipalité de Medellín ?

AGC > L’évaluation a correspondu à une analyse technique et de coût-bénéfice des moyens de transport les plus adaptés pour répondre à la demande de transport dans une zone résidentielle de montagne. L’objectif a été de répondre au besoin de mobilité permanente de la communauté avec un tarif bas (avantage social pour les zones de revenus faibles de la ville), grâce à un système non polluant et une intégration physique et tarifaire au système de transport collectif de la ville (système de métro lourd).

 

ML > Quels sont, d’après vous, les avantages de ce mode de transport ?

AGC > Le transport par câble a de nombreux avantages dans notre cas, qui établissent Medellín comme une ville innovante dans l’adoption de modèles pour la mobilité et la durabilité au niveau mondial. Je pourrais en citer quelques-uns : c’est une technologie propre dont l’usage n’utilise pas de combustibles fossiles ; elle présente des plus grandes possibilités que les moyens de transport conventionnels pour faire face à des topographies escarpées avec une moindre usure des équipements. De plus, les surfaces au sol sont dégagées pour des usages urbains et il n’existe pas de barrières implantées sur la voirie comme c’est le cas pour d’autres moyens de transport pour la montagne, comme les funiculaires ; et les coûts d’opération et de maintenance sur le long terme sont plus faibles que ceux des moyens de transport terrestres conventionnels.

 

ML > Pourquoi poursuivre l’expansion du réseau avec les lignes J puis L ? À quelle problématique deviez-vous faire face ? Aviez-vous déjà, en 2004, le projet de lancer la construction d’autres lignes ?

AGC > Du fait de la situation géographique de notre ville, étant dans une vallée, la technologie du transport par câble présente une grande applicabilité. Depuis que le processus de mise en place du premier câble a débuté, nous avons envisagé d’autres projets similaires qui se sont développés avec le temps.

 

ML > Aujourd’hui, les travaux de deux nouvelles lignes, H et M, ont commencé. Pouvez-vous nous présenter ce nouveau projet ? Y aura-t-il de nouvelles extensions à l’avenir ?

AGC > Actuellement les systèmes 4 et 5 de ce type de projets de transport par câble urbain sont en construction dans la ville de Medellín, dans le cadre du macro-projet de la Mairie de Medellín appelé Tramway d’Ayacucho (Tranvía de Ayacucho). Ce projet est exécuté par le Métro de Medellín.
Les caractéristiques générales de ces nouveaux câbles sont les suivantes :
- La Ligne M (Miraflores) a une longueur de 1 056 mètres et un dénivelé de 275 mètres avec 3 stations qui s’intègreront au système de tramway, qui se trouvent aussi en construction, au niveau de la station Miraflores.
- La ligne H qui s’appelle Alejandro Echavarría – La Sierra, avec une longueur de 1 400 mètres et un dénivelé de 197 mètres avec trois stations qui s’intégreront au système de tramway au niveau de la station Oriente dans le quartier Alejandro Echavarría. Leurs capacités de transport seront respectivement de 2 500 et 1 800 personnes/heure.
De plus, la construction d’une sixième ligne de câble est déjà définie pour la zone nord-ouest de la ville, vers la colline El Picacho, et il reste encore d’autres zones résidentielles de montagne, avec un fort potentiel pour le développement de cette technologie.

Interview : Aníbal Gaviria Correa - Maire de Medellín

ML > Quels sont les retours d’expérience des usagers ? Ont-ils eu une influence sur le projet et sur la construction des nouvelles lignes ?

AGC > Les usagers ont accueilli de manière positive l’opération des systèmes de transport par câble, grâce aux avantages que représente leur utilisation en termes d’économie de transport, car ils ont un tarif intégré avec le système du métro ; en plus de la fiabilité du service et la sécurité de son opération, parmi les principaux atouts. Toutes les communautés qui ne disposent pas encore de ce service de transport par câble sont en faveur de sa construction ;  
son utilisation pourrait être très utile dans leurs zones de résidence.
Voici quelques-uns des témoignages des usagers du réseau Metrocable que j’ai pu recueillir dernièrement.

Rosalbina González
« Aupravant, par exemple, je n’allais jamais à Niquía, à Bello, parce que cela signifiait faire un trajet d’environ 3 heures : nous devions prendre un bus jusqu’au centre et de là, un autre jusqu’à Bello. Avant pour se déplacer n’importe où, il fallait prendre deux bus à l’aller et deux bus au retour, alors qu’avec le câble et le métro on paye un tarif unique et on arrive rapidement jusqu’au centre, jusqu’à El Poblado ou Itagüí, et on revient. Nous économisons ainsi beaucoup de temps et d’argent ».
Luz Miriam Gómez
« Le Metrocable est arrivé dans notre quartier et a entraîné un investissement productif et nécessaire pour tous ses habitants. Pour moi le câble représente la qualité de vie, l’amélioration de l’environnement, la génération d’emplois et l’accès facile au transport, qui était l’une de nos principales difficultés ».
Lizeth Osorio
« Je crois que le Metrocable enrichit beaucoup la communauté et est très avantageux, il fait gagner du temps et est confortable. D’ici nous pouvons aller plus facilement dans le centre de la ville ».
Luis Albeiro Castañeda
« Grâce au Metrocable, la sécurité dans le quartier a beaucoup changé. On ne voit plus autant de violence qu’avant. Le quartier est beaucoup plus tranquille. Nous, les jeunes, avons beaucoup changé avec ce moyen de transport ».

 

ML > Outre sa vocation de transport collectif et urbain, le Metrocable constitue t-il également une attraction touristique pour la ville de Medellín ?

AGC > Bien que notre principale approche soit l’amélioration de la couverture du service de transport, il ne fait pas de doute que sa mise en place en a fait une attraction touristique et de sensibilisation sociale de la ville de Medellín. De plus, parmi les 6 lignes mentionnées, il y a une ligne en particulier, celle qui va au parc Arví soit la Ligne L, qui est effectivement centrée sur le tourisme.

 

ML > En 2013, Medellín a été nommée ville la plus innovante du monde par le Wall Street Journal Magazine et par le Urban Life Institute, parmi plus de 200 villes candidates, devant New York et Tel-Aviv. Cette distinction salue les progrès en matière de transport et de politique environnementale réalisés ces dernières années par la ville. Pensez-vous que le transport par câble s’inscrit dans cette dynamique d’innovation et a contribué à l’attribution de cette distinction ?

AGC > Indubitablement. L’idée de l’usage du système de transport par câble, traditionnellement utilisé pour le tourisme, comme moyen de transport urbain, a été une expérience pionnière au niveau mondial et a créé une « bonne pratique » pour les villes avec des développements résidentiels dans des zones de montagne, en particulier pour les villes latino-américaines, qui ont reproduit l’expérience de Medellín et ont engagé, avec notre soutien et notre conseil, le développement de ce type de systèmes, comme Rio de Janeiro, Caracas, La Paz, et bientôt Bogotá.
C’est un pari permanent de la ville qui s’inscrit dans la lignée de notre objectif de faire de Medellín une ville pour la vie et l’équité.

 

ML > Comment fonctionne le Metrocable ? Qui l’exploite et comment ?

AGC > Concernant la structure juridique, la société Empresa de Transporte Masivo del Valle de Aburrá Limitada – Metro de Medellín Ltda. est de nature publique et est régie par les normes établies pour les entreprises industrielles et commerciales de l’État. Ses actionnaires sont le Département d’Antioquia et la Municipalité de Medellín à parts égales. Les horaires des lignes de câble sont les suivants :
- La Ligne K ou Santo Domingo fonctionne du lundi au samedi de 4h30 à 23h00 et le dimanche et les jours fériés de 8h30 à 22h00.
- La ligne J ou San Javier opère du lundi au samedi de 4h30 à 23h00, et le dimanche et les jours fériés de 9h00 à 22h00.
- La Ligne L ou câble touristique Arví est en service du mardi au samedi de 9h00 à 18h00, et le dimanche et les jours fériés de 8h30 à 18h00. Cette ligne ne fonctionne pas le premier jour ouvrable de la semaine, c’est à dire que si un lundi est férié le transport par câble n’est pas en service le mardi.
Concernant l’affluence, la ligne K enregistre 20 000 usagers par jour, et la ligne J 15 000 par jour, ce qui démontre la forte fréquentation de ce système à Medellin et son grand intérêt pour les citoyens et l’amélioration de leur quotidien.

 

Photos © DR

> Propos recueillis par Martin Mazza

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Jeudi 23 Mai 2019

Next Tourisme 2019 : « Destination expériences - Optimiser le parcours, valoriser le voyage »,
Paris (France)

Du 23 au 24 mai 2019

6e Conférence de l’Association francophone de management du tourisme,
Perpignan (France)

Du 23 au 24 mai 2019

10es Rendez-vous de l’UNAT « L’utilité publique du tourisme, l’utilité sociale des vacances »,
Carqueiranne (France)

Du 28 au 30 mai 2019

Congrès des stations de ski du Québec (au Chateau Bromont),
Cantons-de-l’Est (Canada)