POMA

Interview : Eric BRÈCHE, Président du Syndicat National des Moniteurs du Ski Français (SNMSF)

Mardi 12 Juin 2018

Bio Express

Eric BRÈCHE Président du Syndicat National des Moniteurs du Ski Français (SNMSF). © A. Boichard/Agence Zoom

  • 51 ans
  • Membre de l’Equipe de France de Saut à ski (1979-1989)
  • Directeur de l’ESF
  • Courchevel 1 550
  • Membre du Comité directeur du SNMSF, et président de la commission NTIC depuis 2 000
  • Membre de la commission Prospection et Marchés
  • Membre du Conseil d’administration de l’Association Nationale des Métiers Sportifs de la Montagne et de l’ESF ProShop
  • Représentant du SNMSF au Comité directeur de la Fédération Française de Ski depuis 2010 et au Conseil d’Administration du Cluster Montagne depuis 2012

Montagne Leaders : Le 24 mai, vous avez été élu président du SNMSF. Vous devenez le 6e président des « Pulls rouges » : quelle a été votre première réaction ?
Eric Brèche : Une grande fierté. Ce n’était pas quelque chose d’inscrit dans un parcours. Je suis entré en 1989 comme moniteur de ski à l’ESF de Courchevel 1550. Et puis j’ai gravi les marches, au fil de l’eau… Tout d’abord au sein du comité directeur de cette belle école en 1995, et puis la direction l’année suivante par un fait du hasard : j’ai été sollicité à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire… Au final, j’ai effectué quatre mandats. À chaque étape j’ai pu m’imprégner plus profondément des valeurs et enjeux de la profession et réaliser son implication au sein du territoire.
Par la suite, j’ai pu rejoindre le comité directeur du Syndicat National des Moniteurs en 2000. Comme j’étais le plus jeune membre du comité directeur, j’ai été chargé de gérer l’arrivée des NTIC * : ce sujet très tendance, qui a rendu possible entre autres le développement de la vente en ligne des ESF, m’a permis rapidement de me faire connaître dans toutes les régions, dans toutes les montagnes.
Ensuite Gilles Chabert a pensé normal, après 6 mandats, de passer la main. De mon côté, tous les voyants semblaient au vert pour briguer sa succession. J’ai ressenti beaucoup de soutien, dans toutes les vallées ; on communiquait sur les mêmes choses, il fallait défendre la profession, son organisation mais aussi en faire la promotion. Beaucoup d’ESF avaient des attentes, des sollicitations, des interrogations. L’alchimie de ce soutien et de mon envie a conduit à ma candidature en juillet 2017. C’est peut-être cette légitimité acquise au fil des années qui explique ce bon accueil et cette proximité avec les directeurs d’ESF.
Cette élection est également un grand honneur. Le pull rouge est un honneur. Représenter un pull rouge au travers d’une école de ski est un honneur. Mais quand vous arrivez sur la plus haute marche de l’école du ski français : c’est un très grand honneur.

Montagne Leaders :  Vous succédez à Gilles Chabert, une figure de la profession. Un mot sur cet illustre prédécesseur ?
Eric Brèche : Durant 24 ans, Gilles a défendu brillamment les Ecoles du Ski Français et plus généralement la montagne. Il a su être l’élément incontournable ; comme on le disait de lui, c’était le patron au-dessus de 1 000 mètres.
Son action a été majeure et comme il l’a dit à l’occasion de la soirée qui lui était consacrée : « j’ai vraiment le sentiment d’avoir écrit un livre, il faut le refermer aujourd’hui ». À moi maintenant d’ouvrir le livre et d’écrire un nouveau chapitre de la vie et de l’histoire du syndicat.

Montagne Leaders : Quels sont vos chantiers « prioritaires » ?
Eric Brèche : J’ai arpenté les vallées, je me suis beaucoup préoccupé de ce que les moniteurs, et les écoles de ski, attendaient et faisaient remonter comme informations. Les nouvelles technologies sont là pour faciliter le parcours client et faciliter la mise en œuvre des produits et services que proposent les ESF. Mais le plus important pour nous est de faire prendre conscience que la priorité numéro 1 est bien d’être moniteur de ski et de le rester. À partir du moment où l’on fait bien notre métier, et que l’on essaie d’apporter des réponses aux exigences du terrain qui sont grandissantes, comme l’évolution des pratiques, que ce soit le ski ou les disciplines assimilées, ou les langues étrangères, nous pourrons affronter solidement les challenges de demain.

 

Retrouvez l'interview complête dans l'édition N°267 Montagne Leaders de (Mai-juin 2018). Commander ce numéro.

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Du 17 au 20 juin 2018

OutDoor,
Friedrichshafen (Allemagne)

Du 23 au 24 juin 2018

3e Nuit des Refuges,
Massif des Vosges (France)

Du 25 au 27 juin 2018

2nd UNWTO World conference on smart destinations,
Oviedo (Espagne)

Vendredi 29 Juin 2018

Assemblée générale du Cluster Montagne,
Montmélian (France)