Les normes incendie sont-elles suffisantes pour les remontées mécaniques ?

Jeudi 25 Avril 2019

Deux incendies, qui n’ont heureusement pas fait de victime, ont ravagé deux installations de remontées mécaniques en France, au cours des derniers mois. L’occasion de s’interroger sur les normes incendie qui régissent les installations de transport par câble.

Un spectacle de désolation après l’incendie de la gare intermédiaire du téléphérique des Grands-Montets, survenu le 11 septembre dernier.Le 11 septembre 2018, un incendie a détruit la gare intermédiaire du téléphérique des Grands-Montets, à Chamonix. Le feu a démarré alors que des travaux d’étanchéité étaient menés sur le toit. Le 7 janvier 2019, un incendie a réduit en cendres la gare aval du télésiège Le Family à La Pierre-Saint-Martin, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le feu s’est déclaré peu après 17h, alors que des ouvriers travaillaient à l’extérieur.
Dans les deux cas, l’incendie n’a fait aucune victime mais du personnel était sur les lieux au moment et a tenté d’intervenir avec les extincteurs à poudre qui se trouvaient sur place. Et dans les deux cas, cela n’a servi à rien. On peut donc logiquement s’interroger sur l’efficacité des normes anti-incendie régissant les installations de remontées mécaniques. À La Pierre-Saint-Martin, quand les pompiers sont arrivés sur les lieux, ils se sont branchés sur le réseau de neige de culture pour lutter contre les flammes. Faudrait-il imposer une véritable borne incendie lorsque la présence d’un réseau d’eau le permet ?
Non, ce n’est pas nécessaire, répond en substance Christophe Sion, délégué à la normalisation au STRMTG. En fait, pour lui, lors de ces deux accidents, tout s’est passé pour le mieux du point de vue de la sécurité, en tout cas selon les éléments dont il dispose. « Les normes de sécurité incendie sont établies pour qu’il n’y ait pas de victime humaine », explique-t-il. « Si l’on ne peut pas sauver le matériel, tant pis. »

Une nouvelle norme européenne
Les normes actuelles découlent du traumatisme qu’a constitué l’accident du funiculaire de Kaprun, en Autriche, en novembre 2000. Il avait fait 155 morts. Chaque pays concerné a réagi en mettant en place des mesures pour empêcher qu’un tel accident se reproduise. La Commission européenne s’est également emparé du problème. Des règles européennes ont été édictées en 2004, pour tous les nouveaux appareils mis en service dans l’Union. « La France ne s’est pas contentée de cette directive, elle a également mis en conformité les appareils de son parc existant, lorsqu’ils présentaient un risque particulier », précise Christophe Sion.
L’an dernier, une nouvelle norme européenne a été publiée. Les principaux constructeurs de remontées mécaniques ont participé à son élaboration, ainsi que des experts des cinq principaux pays de l’arc alpin : Allemagne, Autriche, France, Italie et Suisse. Elle détaille les précautions à prendre obligatoirement pour assurer la sécurité des personnes (employés et passagers) en regard du risque d’incendie. Il s’agit avant tout de prévenir ce risque : éviter toute source d’incendie (pas d’intervention avec des chalumeaux, pas de stockage de matières inflammables…), utiliser des matériaux traités pour résister au feu. Mais au cas où un incendie surviendrait malgré tout, des capteurs sont obligatoires pour que l’alerte soit donnée le plus rapidement possible, des moyens d’extinction sont prévus dans les gares, et l’appareil est équipé d’une « marche incendie » qui permet de le faire tourner pour évacuer les passagers.

À l’encontre des règles habituelles
Aux dires de Christophe Sion, c’est cette « marche incendie » qui a suscité le plus de débats entre les experts. En effet, en permettant de faire tourner l’appareil au mépris d’éventuels messages d’alerte et malgré la possible dégradation de certains éléments mécaniques ou électriques, elle va à l’encontre des habituelles règles de sécurité qui consistent plutôt à stopper l’appareil en cas de problème. « En cas d’incendie, c’est pourtant ce qu’il faut faire : ramener les véhicules en gare pour mettre les passagers en lieu sûr. Faire tourner l’appareil peut même éviter la rupture du câble en empêchant qu’il ne chauffe qu’à un seul endroit », détaille l’ingénieur du STRMTG.
La marche incendie doit au moins fonctionner pour ce qu’on appelle le « temps de récupération », c’est-à-dire le temps nécessaire pour évacuer les personnes en danger. Il est établi pour chaque installation. La résistance au feu des matériaux est calculée sur cette même base.
« Les normes actuelles donnent satisfaction si elles sont respectées », conclut Christophe Sion. « En plus, un expert est mandaté avant la mise en service de toute nouvelle installation. Il peut renforcer les mesures de sécurité en fonction du risque local, par exemple le survol d’un bâtiment ou la proximité d’un restaurant. » 
Y.B.

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Samedi 7 Septembre 2019

4è rencontre montagne partagée
La Grave (05)

Du 07 au 14 septembre 2019

Congrès de la Fédération internationale des patrouilles de ski,
Bariloche (Argentine)

Du 09 au 10 septembre 2019

Sport Achat Summer,
Lyon (69)

Du 13 au 14 septembre 2019

Open Interstations,
Pont Royal - Mallemort (France)