Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

Métier en station : Directeur du service des pistes

Vendredi 12 Février 2010

A l’intersection des tous les intervenants d’un site, le directeur du service des pistes multiplie les échanges tout au long de l’année pour la qualité du domaine skiable et la sécurité de la clientèle.

Directeur du service des pistes, un maître d’œuvre

Métier en station : Directeur du service des pistes OrelleComme pour beaucoup en station, la journée du directeur de service des pistes débute très tôt avec un état des lieux du damage nocturne, les résultats de la production de neige de culture, et la mise en œuvre ou non du PIDA (Plan d’intervention et de déclenchement des avalanches). Des données qui permettent de valider ou non les objectifs d’ouverture des différents secteurs ; «A Orelle, il faut par exemple s’assurer du bon fonctionnement des liaisons avec Val Thorens et les 3 Vallées» illustre Robert Guillermet, directeur du service des pistes et des remontées mécaniques d’Orelle (STOR). Dans la foulée, les informations d’ouverture sont transmises aux caisses des remontées mécaniques, à l’Office de Tourisme et aux socioprofessionnels de la station. Le directeur de service des pistes se coordonne ensuite avec les différents chefs de secteur pour lancer les équipes à 8 h 30, avec un objectif identique : assurer l’ouverture des pistes à la clientèle dès 9 heures.

Au carrefour du domaine skiable

Métier en station : Directeur du service des pistes Alpes d'HuezLa suite de la journée dépend particulièrement de la météo : «en cas de chute de neige, il faut être réactif sur tous les points délicats du domaine. Lorsque les conditions sont plus calmes, cela permet d’échanger de manière plus approfondie et de circuler parmi les secteurs pour apporter aide ou conseil. L’heure du déjeuner est un moment privilégié pour échanger avec les équipes au complet» précise Bernard Braghini, directeur du service des pistes des Saisies. L’après-midi s’inscrit dans la continuité – missions de secours, d’accueil et de renfort des équipes – en ajoutant la réflexion aux aménagements futurs du domaine. C’est aussi l’occasion de gérer l’administratif et les relations avec les services de secours. Ce lien avec la sécurité sur le domaine en fait une profession difficile dont on peut avoir à répondre pénalement. «C’est l’une des raisons pour lesquelles les jeunes doivent se battre pour faire reconnaître cette profession, notamment par l’obtention d’une formation diplômante reconnue» explique Christian Reverbel, directeur du service des pistes à l’Alpe d’Huez.
En fin d’après-midi, le directeur du service des pistes prépare déjà le lendemain : tout en s’assurant de l’évacuation du domaine en fin d’après-midi, il faut une certaine disponibilité pour réunir les informations des différents secteurs et préparer la production de neige et le plan de damage à venir en fonction des objectifs d’ouverture.
Au carrefour des différents acteurs d’un domaine skiable, le directeur du service des pistes est en lien avec de nombreux interlocuteurs : l’équipe du service des pistes, les nivoculteurs, les responsables du damage et des remontées mécaniques, le maire dont il est le représentant du pouvoir de police, l’office du tourisme, les écoles de ski, les ski clubs, …

Une profession QSE

Métier en station : Directeur du service des pistes Les SaisiesEn période estivale, les directeurs du service des pistes sont également sur le pont pour gérer l’aménagement du domaine. Selon la définition du poste, la mission peut aller de l’entretien du domaine (engazonnement, reprofilage de tracés, création de nouvelles pistes, équipements de neige de culture, retenue collinaire …) jusqu’à la supervision des travaux sur les remontées mécaniques et tout simplement l’entretien permanent de son domaine skiable. «C’est une profession QSE selon Christian Reverbel : aménagement de l’espace, qualité et sécurité du domaine, protection de l’environnement.»
Autant de relations qui nécessitent une qualité selon Robert Guillermet : «En plus de connaître le site, sa météo, le contexte réglementaire, il faut aussi être un communiquant.» L’intérêt de cette fonction constitue également sa principale difficulté : le management et le relationnel. Selon Bernard Braghini : «Il faut diriger une équipe et ses moyens avec des objectifs parfois difficiles à atteindre. La prise en compte du facteur humain est importante. Nous sommes l’interface entre un service et son public.» Une position particulière qui en fait un métier passionnant ; ce qu’explique Robert Guillermet : «C’est une chance de pouvoir proposer à nos clients un domaine qui fait rêver et c’est une fierté d’en être le maître d’œuvre, mais c’est un challengequotidien. Quand le client s’en va, il faut qu’il n’ait qu’une seule envie : revenir!».

Photos : © Photos P. Métayer/Dovemed,  DR

 

Retrouvez nos offres d'emploi en montagne

 

HISTORIQUE DES MÉTIERS EN STATION DE SKI

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Mardi 24 Novembre 2020

Webinaire du projet européen SS4GL « Would 5G be the next revolution for SME’s in sport and leisure industry ? »

Mardi 24 Novembre 2020

Webinaire Cluster Montagne et France Montagnes « Brainstorming Hiver 20/21 l’année où j’ai (re)découvert la montagne »

Jeudi 3 Décembre 2020

Matinale Innovation OSV « Évolution du comportement du consommateur post-Covid »,
Annecy-le-Vieux (74)

Du 14 au 16 janvier 2021

Alpitec China,
Pékin (Chine)