Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

Métier en station : Maître-chien d’avalanche

Lundi 30 Janvier 2012

Manteau neigeux instable, skieurs hors piste ou randonneurs à ski ou en raquettes, un mélange souvent propice pour voir apparaître les maîtres-chiens et leur fidèle compagnon après une coulée avalancheuse. Prêts à risquer leur vie pour sauver celles des autres, ces binômes inséparables veillent sur vous.

Des sauveteurs qui ont du chien

Arnaud Guerrand maître-chien aux 2 AlpesVéritable métier ou réelle spécificité, les maîtres-chien sont des hommes de terrain. Qu’ils œuvrent en station en tant que pisteurs ou qu’ils enfilent leurs uniformes de pompiers, CRS ou gendarmes, tous ont la même passion : celle des chiens et de la montagne. Passés pour la plupart entre les mains de l’ANENA, ils interviennent dans le cadre du plan départemental du secours en montagne. Aucun quota par station, que des volontaires donnant de leur temps pour mettre leur savoir et leur expérience au service des autres. Que ce soit Arnaud Guerrand maître-chien aux 2 Alpes ou encore Xavier Stinglhamber formateur ANENA et pompier au SDIS 09, tous sont unanimes : le chien est utile pour les secours, encore faut-il qu’il y soit prêt et qu’il possède les qualités nécessaires. Pourquoi utile ? Car un chien parcourt un hectare en vingt minutes alors que pour la même superficie il faut une heure pour une vingtaine d’hommes.

En ce qui concerne les qualités intrinsèques du chien pas d’obligation mais il est conseillé qu’il soit d’un gabarit moyen, entre 20 et 35 kg, persévérant et ayant du caractère. La race ? Pas de restriction même si les retrievers, les bergers belges ou allemands et les border-collies sont les chiens les plus utilisés. Pour la préparation, que ce soit l’été ou l’hiver, des entraînements s’imposent en compagnie des autres maîtres-chien isérois pour Arnaud Guerrand. Cinq recyclages par an, tous obligatoires sont nécessaires pour conserver sa qualification de maître-chien. Ce qui change selon les saisons, se sont les terrains d’exercice. L’hiver, c’est en condition réelle que maîtres et chiens creusent la neige à la recherche de corps ou de jouet fétiche, les boudins en tissu qui, par leur odeur olfactive «humaine», permettent au chien de déployer toute leur adresse et leur odorat pour retrouver le ou les disparus d’un jour. L’été, c’est en forêt ou en plaine que les exercices de recherche se font.

Selon Arnaud Guerrand, pour faire ce métier il faut l’aimer, avoir une âme de montagnard. La patience et l’écoute sont également des qualités essentielles.
Xavier Stinglhamber formateur ANENA et pompier au SDIS 09Quant à Xavier Stinglhamber, ce métier relève d’un engagement fort, quasi-passionnel. Tous sont unanimes sur le fait qu’il n’y a pas de mauvais côté dans ce métier toujours en mouvance ou aucune journée ne se ressemble.
Mais il s’agit tout de même d’un sacerdoce : avoir un chien et l’entraîner est une charge lourde au quotidien, c’est un engagement fort entre le maître et son compagnon, un lien indéfectible qui dépasse parfois le caractère professionnel.

Quand ils sont sur le terrain, après une avalanche, il ne s’agit plus de théorie, place à la pratique. C’est en cela que les entraînements servent.
C’est contre la montre qu’il faut se battre pour espérer, après quelques coups de pelle et de pattes dégager une victime. Fort heureusement et de leurs propres aveux, ils interviennent peu… pourvu que cela dure.

 

Le diplôme

Brevet national de maître-chien d’avalanches, délivré par la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles, Ministère de l’Intérieur. Le contrôle est un contrôle continu, sur la totalité de la durée du stage. Toutefois, le stage est divisé en trois parties. Le passage d’une partie à l’autre est subordonné à l’atteinte d’un objectif intermédiaire, pondéré par la qualité du travail fourni et des résultats obtenus les jours précédents. La troisième et dernière partie dure trois jours. Chaque jour, l’équipe cynotechnique stagiaire est confrontée à un scénario de secours en avalanche. Une note est attribuée pour le travail de chaque journée au maître et au chien. La moyenne des trois notes donne la note finale sur laquelle délibère le jury. L’ANENA est le seul organisme français agréé pour cette formation par la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles du ministère de l’Intérieur (hors gendarmerie et police nationale qui ont leur propre formation interne). Le maître-chien d’avalanche breveté est tenu, chaque hiver, de participer à cinq entraînements, sur convocations du préfet du département dans lequel il intervient en cas d’avalanche. En fonction de la qualité de son travail lors de ses séances, l’équipe cynotechnique est maintenue ou non sur la liste départementale des équipes opérationnelles (appelées à intervenir sur un accident d’avalanche dans le cadre du plan départemental de secours en montagne).

Photos : © DR, Dovemed

Pour en savoir plus sur le métier de Maître-chien d’avalanche

Consultez la fiche métier Maître-chien d’avalanche publiée par l'ONISEP.

 

HISTORIQUE DES MÉTIERS EN STATION DE SKI

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Du 01 au 05 Février 2021

ISPO Munich,
En digital

Global Sports Week,
En digital

Jeudi 18 Février 2021

Webinar I-Risk « Avalanches : gestion du risque spatial et compréhension des processus de déclenchement »,
En digital

Du 18 au 21 Février 2021

Ski Union Expo 360°,
Russie

Du 08 au 10 mars 2021

Sport Achat Winter,
à Lyon - Eurexpo