Pistes de ski mythiques : La Combe de Saulire - Courchevel

Jeudi 9 Décembre 2010

Piste phare du domaine de Courchevel, la Combe de la Saulire est orientée plein nord et offre une qualité de neige exceptionnelle et un profil attrayant. Incontournable de la station, elle offre également un panorama fantastique sur le domaine au sommet du téléphérique.

Piste La Combe de Saulire à Courchevel

  • Date de création : entre 1953 et 1955
  • Altitude au départ : 2 700 m
  • Altitude à l’arrivée : 2 071 m
  • Longueur : 3 011 m
  • Dénivelé : 629 m
  • Pourcentage maximal de la pente : 31 %
  • Pourcentage moyen de la pente : 21 %
  • Homologation FIS : Super Géant et Descente
  • Dernière compétition accueillie : Championnat de France de descente 2005
  • Équipements en neige de culture : 20 enneigeurs

 

Un atout pour Courchevel et même plus…

Patrick Mugnier - CourchevelTapi au pied de la Croix des Verdons (2 739 m), le tracé de la Combe de la Saulire a bien évolué depuis sa création dans les années 50. Imaginée aux origines de Courchevel, la piste propose aujourd’hui un ski plus simple que le tracé original, très bosselé ; par ailleurs un replat en son sommet a remplacé la crête originelle qui compliquait son accès.
Importante, la Combe de la Saulire l’est à bien des égards pour Courchevel et les Trois Vallées. En culminant au sommet du domaine de la station, cette piste phare participe à la renommée de Courchevel : « Nos clients viennent pour descendre la Combe de la Saulire, constate Patrick Mugnier, directeur du service des pistes. Elle profite de conditions idéales avec une exposition Nord offrant une neige de
qualité. »
Pour autant, la Société des Trois Vallées a depuis longtemps assuré son enneigement, car la piste de la Saulire permet également la liaison avec Méribel-Mottaret. Elle est ainsi desservie par 4 remontées mécaniques – le téléphérique de la Saulire, les télécabines de Vizelle et des Marmottes, et le télésiège des Suisses - en plus des skieurs en provenance de Méribel.
« Avec un tracé réservé aux bons skieurs – théâtre des championnats de France de descente en 2005 - elle est, compte tenu de cette situation, ce que nous appelons une piste commerciale ; à ce titre son entretien est prioritaire, et nécessite un damage quotidien. » précise Patrick Mugnier ; une mesure de sécurité pour la clientèle peu aguerrie qui souhaiterait s’y aventurer. Bien que soumise à l’aléas PIDA, la Combe de la Saulire ouvre dans ces rares occasions en fin de matinée, ce qui permet aux skieurs d’admirer un panorama exceptionnel depuis son sommet.

Plan Piste de ski La Combe de Saulire à Courchevel

DianeigeLouis Guily, PDG Dianeige

La Grande Dame et le berceau de la préparation des pistes.

Louis Guily, PDG Dianeige

Depuis des lustres, la ‘Saulire’ s’invite dans les rêves et marque les mémoires des adeptes de  glisse en tout genre. Sa réputation n’est plus à faire, ni à parfaire.
L’éclat du joyau de la station de Courchevel a franchi, depuis bien longtemps, toutes les frontières de ce grand monde.
Légendaire, plébiscitée, la Combe de la Saulire est cosmopolite.  Elle  savoure une mosaïque de langues. Elle pourrait nous en conter des histoires et des confidences, elle qui supporte des défilés depuis plus de 50 ans.
Défilés de couleurs, de modes, de matériels, de tenues, de gestes épris de techniques bigarrées.
Certes la Grande Dame est bien née, à l’ombre des grands couloirs de la crête Loze – Saulire. Le glacier l’a façonnée (le ‘glacier fossile’ sévit encore). La Saulire étire ses  magnifiques attributs : une longueur soutenue, une superbe forme, avec une incurvation progressive, une exposition ne laissant filtrer le soleil qu’en rayons rasants, une position en altitude offrant garantie de qualité de neige. Elle se marie avec l’axe des Verdons formant ainsi l’épine dorsale du domaine skiable. Cet enchaînement s’étage  dans une  progressivité des pentes fort appréciés des skieurs.
Ses concepteurs, ses esthéticiens l’ont sculptée au fil des saisons afin de toujours la ciseler au meilleur.

Comment parler de la Saulire sans parler plus généralement de Courchevel, pionnière en termes d’aménagement des pistes de ski et préparation de la neige.  C’est la magnifique histoire entre un site au potentiel extraordinaire et des hommes de légende : Emile Allais relayé sans faillir par Jean Cattelin. Sous leurs impulsions, la préparation des pistes innove sans cesse, se structure, écrit ses lettres de noblesse. Les pisteurs secouristes tractent des grillages, nivellent à la pelle, dament à skis, aux pieds. Les premières chenilles font leur apparition puis, au début des années 60, les premières chenillettes, spécialement conçues pour le damage, entrent en scène. Dans le même temps, les équipes, l’été, se tranforment en jardiniers pour écarter les blocs rocheux, gommer les aspérités, pour fabriquer un vrai lit à la neige travaillée.
A l’origine, la Saulire était un vaste chaos chargé de résidus morainiques. Au fil des efforts et des techniques inventées, son état de surface est aujourd’hui digne de celui d’un golf avec même des lambeaux de pelouse s’intégrant dans les compositions minérales entre 2 500 et 2700 mètres.
Jean-Pierre Pecchio, Jacques Gomez, délégataires des savoirs des pionniers ont poursuivi et amplifié cette démarche. Avec méthode, rigueur et gestion, ils ont structuré les services, innové avec le damage en travail de nuit, intégré le travail des dameurs en deux postes intensifiant ainsi la production tout en maîtrisant les charges.
Aujourd’hui, sous l’impulsion de Patrick Mugnier, directeur du service des pistes et de Denis Bonnefoy, son adjoint, les différentes équipes de professionnels combinent leurs compétences afin d’offrir le meilleur produit à la clientèle. Une équipe d’hommes aguerris :

  • Jean Paul Chardon, responsable de la sécurité,
  • Nicolas Gros et Guy Bruet, chefs de secteur sur La Saulire,
  • Jean-Marie Aparicio, responsable des installations de neige de culture,
  • Gilles Bianchi, responsable du service de damage (46 dameurs, 21 dameuses, 21 000 heures de production par saison),
  • Philippe Bitack, responsable de la maintenance et Michel Duraz, chef d’atelier.

Tous des passionnés de montagne et de leurs métiers au service des passionnés de la glisse...

Photos : © DR, Kaliblue

 

HISTORIQUE DES PISTES MYTHIQUES

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Jeudi 23 Mai 2019

Next Tourisme 2019 : « Destination expériences - Optimiser le parcours, valoriser le voyage »,
Paris (France)

Du 23 au 24 mai 2019

6e Conférence de l’Association francophone de management du tourisme,
Perpignan (France)

Du 23 au 24 mai 2019

10es Rendez-vous de l’UNAT « L’utilité publique du tourisme, l’utilité sociale des vacances »,
Carqueiranne (France)

Du 28 au 30 mai 2019

Congrès des stations de ski du Québec (au Chateau Bromont),
Cantons-de-l’Est (Canada)