Pistes de ski mythiques : Luc Alphand - Serre-Chevalier

Mercredi 30 Juin 2010

Située sur le site de Chantemerle, la piste Luc Alphand est une véritable vitrine sur Serre-Chevalier. Elle a pour particularité de serpenter entre les chalets d’alpages de Champcella et des Souliers et de plonger par un mur très pentu sur le village de Chantemerle. Ce tracé présente une diversité de passages techniques bien connus des compétiteurs. Utilisée pour la compétition, elle fut baptisée ainsi en 1998 après les victoires en coupe du monde de Luc Alphand qui s’est toujours entraîné sur cette piste.

 Pistes mythiques : Luc Alphand - Serre-Chevalier

  • Date de création : 1940, élargissement en 1989
  • Altitude au départ : 2 000 m
  • Altitude à l’arrivée : 1 350 m
  • Longueur : 1 990 m
  • Dénivelé : 650 m
  • Pourcentage maximal de la pente : 50 % pour le mur de Chantemerle et 48 % pour le mur de la Broue
  • Pourcentage moyen de la pente : 28 %
  • Entreprises en charge du tracé : TP Allamano
  • Homologation FIS : Descente, Slalom Géant et Super Géant
  • Dernière compétition accueillie : Championnats de l’armée Britannique 2010
  • Équipements en neige de culture : 7 enneigeurs basse pression et 30 perches

 

125 jours d’exploitation intensive à 1 350 mètres d’altitude

Située sur le site de Chantemerle, la piste Luc Alphand est une véritable vitrine sur Serre-Chevalier. Elle a pour particularité de serpenter entre les chalets d’alpage de Champcella et des Souliers et de plonger par un mur très pentu sur le village de Chantemerle avec une arrivée à 1 350 m. Ce tracé présente une diversité de passages techniques bien connus des compétiteurs. Utilisée pour la compétition mais aussi pour le grand public, elle fut baptisée ainsi en 1998 après les victoires en Coupe du monde de Luc Alphand, l’enfant du pays qui s’est toujours entraîné sur cette piste.

 

Philippe Buyle Coté coulisses, la Luc Alphand est une grosse machinerie. Philippe Buyle (ci-contre), responsable du service des pistes, mène d’une main de maître une équipe de 115 personnes, toutes fières d’apporter leur pierre à l’édifice. Le challenge, garantir l’ouverture de l’intégralité du domaine à enneigement 0 et « La Luc » ne fait pas exception. Avec une arrivée à 1 350 m, au cœur de la station c’est une piste stratégique, qui en pleine saison peut supporter jusqu’à 10 000 skieurs/jour. En 2009, un nouveau réseau de perches a été installé et en 6 jours la piste peut revêtir son manteau blanc. Si le profil a été quelque peu retravaillé, l’essence même de la piste reste la même avec un rythme soutenu, des reliefs variés ; de quoi en avoir plein les jambes ! La Luc Alphand a tout d’une grande et elle le prouve en organisant des compétitions au moins une fois par an. Là, la logistique mise en place est impressionnante, tout le monde est sur le pont pour sécuriser cette bête de course à l’image du nom du skieur : 900 m de filet A, des bâches, des matelas, plusieurs kilomètres de filet B. L’équipe du service des pistes a même développé du matériel spécifique, dédié aux événements sportifs.

Plan piste Luc Alphand Serre Chevalier

 

Dianeige

Louis Guily, PDG Dianeige

Louis Guily, PDG Dianeige« Véritable artère névralgique du domaine skiable de Serre-Chevalier, sertie dans les mélèzes, la “Luc Alphand” est plébiscitée par la clientèle et les compétiteurs de tous niveaux. C’est une piste à géométrie variable. Transformable, elle est pleinement utilisée et rentabilisée. Elle correspond ainsi en tous points à « une piste à succès. » C’est une piste qui a également une prédominance commerciale. Outre le fait qu’elle porte le nom de notre champion du monde et supporte des milliers de passages par jour, la Luc Alphand est une vitrine qui s’affiche. Elle se voit parfaitement, directement depuis la station. Elle est en interface avec l’urbanisation d’où l’importance de la tenue de la neige et de la qualité de sa préparation. La « Luc » est une piste technique longue, soutenue, marquée par des changements de rythme et des dévers limités mais significatifs ; le tout s’inscrit dans un axe bien serré sur le fil naturel de la pente. Tout ceci n’est pas dû au hasard mais aux savoir-faire, enrichis au fil des saisons, des équipes du service des pistes et de la sécurité de la station de Serre-Chevalier. Pour la « Luc Alphand », j’aimerais insister sur le challenge réussi de tenir chaque saison d’hiver 19 à 20 semaines d’exploitation avec une arrivée de piste à 1 350 mètres d’altitude.

Non seulement, il est difficile  de conserver la « matière neige » mais il est surtout délicat de préserver la qualité de l’état de surface le long de la journée surtout en constatant l’intensité du trafic (> 10 000 passages au moment des grandes fréquentations). La « Luc Alphand » est, en ce sens, à l’image de bon nombre de pistes sur nos domaines skiables en France où ce défi, en moyenne montagne, est à relever chaque saison. Certes, il s’agit de rester humble au regard des éléments capricieux de « Dame nature » mais il convient tout de même d’être réaliste et de saluer les capacités des professionnels à même de construire des édifices neigeux durables et performants le temps de la saison. Ces fruits récoltés sur la « Luc Alphand » sont dus à ceux qui ont conçu et aménagé la piste au fil du temps. Ils ont su l’adapter au gré des époques tout en conservant et en cultivant les mouvements naturels afin de préserver certains passages bien techniques (le dévers avant le mur de Chantermerle) et d’insérer au mieux le tracé dans son environnement. Environnement également préservé par les personnes chargées de l’entretien des cunettes, des sursemis, et des amendements et par les bergers et leurs moutons. Mention spéciale à ceux qui prépare « La Luc » durant la saison d’hiver, au quotidien (nivoculteurs, dameurs, pisteurs-secouristes) aidés au gré des compétitions par d’autres équipes professionnelles et bénévoles. Philippe Buyle insiste sur l’optimisation des moyens utilisés : une utilisation d’eau pour la production de la neige de culture bien proportionnée, affinée chaque année avec l’expérience, une recherche dans la qualité de la neige produite, un damage précis aidé en ce sens par les outils de gestion (embarqués : GPS, radar et conduisant aux analyse : SIG, GMAO). Tout ceci est le fruit d’un travail d’équipes de « passionnés » entraînés par Philippe Buyle et ses responsables de service : Maurice Fourrat - Besson (nivoculture), Thierry Faure (damage), Yves Caire et Jean-François Grandchamp (sécurité logistique).»

 

Photos : © DR, D. Gall, Kaliblue

 

HISTORIQUE DES PISTES MYTHIQUES

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Samedi 7 Septembre 2019

4è rencontre montagne partagée
La Grave (05)

Du 07 au 14 septembre 2019

Congrès de la Fédération internationale des patrouilles de ski,
Bariloche (Argentine)

Du 09 au 10 septembre 2019

Sport Achat Summer,
Lyon (69)

Du 13 au 14 septembre 2019

Open Interstations,
Pont Royal - Mallemort (France)