Alpipro : se retrouver avant la relance

Après la fermeture des remontées mécaniques et l’avènement du distanciel, le salon Alpipro de Chambéry a marqué le retour des échanges entre les professionnels de la montagne, les 9 et 10 juin derniers. 

Sans  tomber le masque, les acteurs de la montagne se sont enfin retrouvés ! La semaine dernière, le salon Alpipro accueillait 360 exposants et 3 000 visiteurs dans les travées de SavoiExpo, à Chambéry. « Tout comme le monde des domaines skiables, celui de l’évènementiel a souffert. Nous avons fait en sorte que le salon soit une réussite, même si nous avons conscience que le niveau des affaires n’est pas significatif sur cette édition. Espérons que nous ayons pu contribuer à apporter de la convivialité dans les échanges et à rassurer les acteurs », analyse Pascal Barcella, président de SavoieExpo.

En préambule comme en conclusion de l’événement, Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM), a martelé que « la montagne aménagée devait faire perdurer son modèle qui a permis de faire vivre ces territoires depuis 60 ans ». Une opinion également partagée par tous les autres représentants des institutions représentatives de l’écosystème économique de la montagne, Domaines skiables de France, le Syndicat national des moniteurs du ski français, l’Afmont et le Cluster Montagne, notamment.

Transition

Mais ils se rejoignent tous aussi au sujet de l’effet d’accélération de la crise sanitaire sur la nécessité de prendre un véritable virage vers la transition, tout en rappelant que sans le ski, il n’y a pas de modèle économique viable capable de la financer. Pour d’autres, la transition touristique des territoires de montagne est une urgence. Il est donc nécessaire d’anticiper et de préparer méthodiquement les mutations des prochaines années. Que ce soit grâce aux différentes plans d’investissement, à travers les modes de gouvernance, via la digitalisation du marché ou grâce au modèle de projection de l’enneigement Climsnow, les outils et les initiatives ne manquent pas. La prise de conscience et la mobilisation ont démarré.

Vers une société de montagne 

Au coeur de cette transition touristique, un élément revient fréquemment dans les discours entendus lors de ces deux jours de tables-rondes : la nécessité d’offrir un cadre de vie propice à une vie en montagne toute l’année. « Nous sommes capables d’avoir une économie diversifiée, mais il faut veiller aux équilibres et voir comment nous nous positionnons pour avoir des habitants à l’année, des services qui puissent profiter aux habitants, comme aux touristes », expose Christophe Aubert, maire des Deux-Alpes. Une vision partagée par Laurent Cormier, directeur délégué d’Auvergne Rhône-Alpes Tourisme : « les passerelles entre lieu de vie et lieu de villégiature doivent être renforcées ». C’est peut-être bien dans cette perspective que se dessine la montagne de demain.

Alors que le secteur devrait être encore fragile quelques mois, cette édition d’Alpipro a néanmoins permis aux acteurs de la montagne de montrer leur détermination pour tendre vers une montagne engagée et durable. Où la pratique du ski demeure incontournable.