La Sata veut donner un second souffle à l’Alpe du Grand Serre

La Société d’Aménagement Touristique de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses (SATA) a candidaté auprès de la communauté de communes de la Matheysine (CCM) pour reprendre l’exploitation du domaine skiable de l’Alpe du Grand Serre. Avec l’ambition de lui donner un second souffle.

Car sept ans après s’être retirée de l’Alpe du Grand Serre, la Sata pourrait y faire son grand retour dès l’hiver à venir. En effet, l’exploitant a été le seul à se positionner sur l’appel d’offres de la CCM pour la DSP du domaine skiable de l’Alpe du Grand Serre. « Nous ne pouvions pas laisser tomber la station. Nous souhaitons lui redonner vie, permettre aux gens de rester vivre sur ce territoire. Il y a une vision sociale dans notre démarche », confie Fabrice Boutet, directeur général de la Sata. 

Une nouvelle porte d’entrée

L’intégration de l’Alpe du Grand Serre dans le giron de la Sata s’inscrit dans un projet plus complet. « Je vois la station comme la première porte de l’Oisans, et vers l’ensemble de nos domaines de montagne de sorte d’avoir une vraie complémentarité entre tous. Je souhaite que cela devienne un écrin de respiration à l’univers des parcs d’attractions », explique Fabrice Boutet. La priorité sera donnée à la clientèle de proximité à travers une stratégie bien marquée sur l’hiver et l’été et l’élargissement des saisons.

26 millions d’investissement

Pour parvenir à ses ambitions, la Sata a proposé un programme d’investissement compris entre 24 et 26 millions d’euros sur 30 ans, soit davantage que le projet ambitieux porté par la CCM (12 M€). Des investissements qui seront répartis avec la CCM, le Département de l’Isère et la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Si la Sata est retenue, elle exploitera le domaine skiable dès cet hiver, et Fabrice Boutet espère pouvoir lancer les grands travaux à l’automne 2022 pour que le nouveau front de neige à 1 750 m, la nouvelle télécabine et l’optimisation des installations se fassent lors de l’hiver 2022/2023. Le timing est serré, mais l’Alpe du Grand Serre avait besoin d’un second souffle. Pour ne pas mourir.