L’Éclipse enfile ses habits de lumière

La semaine dernière, l’Éclipse, la piste des Mondiaux 2023 côté Courchevel a été inaugurée. À quelques jours des finales de coupe du monde, tout semble en place pour vivre de belles émotions.

Jeudi dernier, le ciel était bien gris du côté de Courchevel pour l’inauguration de l’Éclipse, la piste qui accueillera les épreuves masculines des championnats du monde 2023. Et ce, même si la pluie a épargné la descente matinale et le traditionnel coup de ciseau au ruban. En revanche, le plaisir des participants irradiait tous les visages. Désormais fermée au public afin de préparer au mieux les finales de Coupe du monde (du 16 au 20 mars 2022), la piste de 3,2 kilomètres et 945 mètres de dénivelé, avec un pourcentage moyen de 30 %, a tout pour devenir iconique dans le circuit des descentes mythiques du cirque blanc, telle la Streif à Kitzbühel (Autriche). 

Une fierté nationale

Dessinée par Bruno Tuaire, le directeur du club des sports de Courchevel, cette piste fait non seulement la fierté de la station, mais plus globalement, du territoire, du département de la Savoie et de tout le ski français : c’est à l’unanimité, la teneur des propos qui ont été prononcés à l’occasion des discours dans la salle de l’Alpinium, au Praz, à deux pas de la future aire d’arrivée. « C’est un jour symbolique très fort. Nous sommes tous ensemble pour vivre les temps forts qui vont nous amener jusqu’à ces mondiaux 2023, une échéance qui nous réjouit. Avec les finales dans moins d’un mois, nous rentrons vraiment dans l’opérationnel, nous sentons l’organisation et ses 600 bénévoles vivre pour ce projet. Nous avons hâte que le sportif vienne entériner tout ce que nous avons entrepris depuis la validation de notre candidature », se réjouissait Perrine Pelen, la directrice générale du comité d’organisation de ces Mondiaux 2023.

Pour parvenir à ce résultat, un travail de l’ombre colossal a été nécessaire, et ce sont près de 20 millions d’euros qui ont été injectés pour façonner et préparer la piste, installer les réseaux pour les enneigeurs, la fibre optique (60 km de câbles), l’électricité, les filets de protection, et créer un tunnel et la retenue collinaire de la Loze. Alors quand tout ce petit monde s’est ensuite retrouvé sur le toit de l’Alpinium pour couper le ruban, Jean-Yves Pachod, le maire de Courchevel en tête, la destinée dorée de la piste était enfin ouverte. Plus que jamais, tout semble en ordre de marche pour que l’Éclipse rayonne sur le ski international.