Plan Montagne II : objectif «Montagne Durable»

Après avoir accueilli le bilan de saison à l’occasion de Mountain Debrief, le Grand-Bornand était une nouvelle fois à l’honneur le 16 septembre dernier, avec cette fois des solutions : la présentation du Plan Montagne II doté de 100 M€, destiné à faire d’Auvergne-Rhône-Alpes (AuRA) « la première montagne durable d’Europe ».

À l’occasion du mandat précédent, le conseil régional d’AuRA, déjà présidé par Laurent Wauquiez, avait acté et mis en application un premier plan Montagne qui avait mobilisé 90 M€ et permis de soutenir 350 projets, et notamment d’accompagner 120 stations et de faire découvrir le ski à
21 000 élèves.

À l’aube de cette nouvelle saison, la Région souhaitait de nouveau s’inscrire aux côtés des domaines skiables et de toute l’économie qui en découle au plan territorial : la montagne représente 120 000 emplois directs et près de 400 000 emplois indirects, pour un chiffre d’affaires avoisinant les 7,5 milliards d’euros par an. Avec ce nouveau Plan Montagne régional, pensé et construit avec les professionnels concernés, le conseil régional a pour objectif de faire d’AuRA la première montagne durable d’Europe. Il sera décliné en quatre axes prioritaires :
– accompagner les projets de développement durable (10 M€). L’objectif est de tendre vers des stations zéro émission ;
– diversifier l’offre touristique été comme hiver (15 M€) : pour rendre les stations moins dépendantes aux aléas climatiques ;
– pérenniser la saison hivernale en sécurisant l’enneigement (30 M€) : protéger les stations passe aussi par la sécurisation de l’enneigement en période hivernale ;
– l’apprentissage du ski et la découverte de la montagne pour tous les élèves d’Auvergne-Rhône-Alpes
(6 M€) : les sports d’hiver et la montagne doivent être accessibles à tous, et en premier lieu aux enfants. Ils doivent pouvoir en priorité découvrir les massifs, le ski et toutes les activités que proposent les stations.

En plus de ces quatre axes, le Plan Montagne II comportera trois autres dispositifs : l’accompagnement de la rénovation immobilière de loisirs et des centres de vacances (10 M€), l’accompagnement des petites stations (5 M€), et le soutien aux projets d’ascenseurs valléens (20 M€).