Régionales : la prime à la continuité

On prend les mêmes et on recommence. Dimanche dernier, les électeurs, bien que peu nombreux à se déplacer aux urnes (taux d’abstention à 65,7 %), ont confié les rênes des Régions de France à tous les présidents sortants. Faut-il y voir un gage de confiance après six années de mandat ou un camouflet pour la majorité présidentielle ?

La Montagne est concernée par six des 13 Régions depuis la réforme territoriale de 2015. Et la palme revient à Carole Delga (PS) en Occitanie, candidate sortante réélue avec la plus large avance. Avec 57,77 % des suffrages, la socialiste a devancé Jean-Paul Garraud (RN) et Aurélien Pradié (LR) relégués loin derrière, avec respectivement 24 % et 18,22 %. Elle poursuivra le plan montagne 2018-2025 engagé lors de son premier mandat.
Autre large victoire, celle de Laurent Wauquiez (LR) en Auvergne-Rhône-Alpes. Arrivé confortablement en tête lors du premier tour, il a su conserver son avance sur l’écologiste Fabienne Grébert (33,65 %) pour l’emporter avec 55,17 %. Avec son équipe, l’ancien président du parti Les Républicains a subventionné massivement les stations en matière de neige de culture, puis a répondu présent durant la crise sanitaire avec des mesures d’urgence et de soutien pour accompagner les acteurs de la montagne. Il a désormais toutes les cartes en main pour poursuivre son plan montagne qui devrait être axé davantage sur la mobilité et la diversification.

Si Carole Delga et Laurent Wauquiez ont été réélus dans un fauteuil, la bataille a été beaucoup plus rude pour Renaud Muselier (LR) dans la Région Sud. Battu lors de la première manche par Thierry Mariani (RN), il a bénéficié du front républicain dans le cadre du second acte des élections afin de conserver son siège de président avec 57,3 % des voix.
En Bourgogne-France-Comté, la socialiste Marie-Guite Dufay (42,2 %) a elle aussi été reconduite assez facilement, reléguant Gilles Platret (LR) à 16 points. Une avance à peine moins marquée pour Jean Rottner dans le Grand Est (LR) devant le candidat RN Laurent Jacobelli (40,64 % contre 26,3 %). Enfin, en Corse, c’est la liste menée par le président autonomiste du conseil exécutif, Gilles Simeoni qui est arrivée en tête. Rendez-vous en 2027 pour l’heure des bilans.