Une reprise prometteuse

Si le ski avait repris ses droits depuis fin novembre sur les pistes françaises, c’est bel et bien la période des vacances de Noël qui faisait l’objet de toutes les attentions des exploitants de domaine skiable. Avec une belle fréquentation dans tous les massifs, le bilan est plutôt positif.

Après deux hivers tronqués et une situation sanitaire toujours tendue, avec des Britanniques coincés de l’autre côté du Channel, ces 15 jours ressemblaient à une bouffée d’oxygène pour tout un écosystème. Dans tous les massifs, les professionnels ont pu constater, comme les prévisions le laissaient présager, que les Français avaient faim de ski. En effet, et s’il est de bon ton de rappeler que les chiffres concernent les lits marchands, la fréquentation a été au rendez-vous. Selon l’observatoire national des stations de montagne de l’ANMSM, le taux d’occupation pour les vacances était de 74 % soit dix points de moins qu’à Noël 2019. Malgré des conditions moins favorables en deuxième semaine, les chiffres ont été excellents, comme c’est de tradition pour la semaine du Nouvel An en montagne.

Chiffres en hausse dans les Pyrénées

Dans les Pyrénées (76,5 % d’occupation), les stations N’Py ont été prises d’assaut avec une augmentation de la fréquentation de 2 % par rapport aux vacances 2019-2020 et de 26 % par rapport à la moyenne des cinq dernières saisons (sans 2020, ndlr). Lors de la première semaine ces stations ont enregistré une fréquentation de 131 326 journées skieurs (vs 96 713 en 2019) et le 30 décembre, le record de fréquentation a été battu avec 50 000 JS sur l’ensemble des stations du groupe. « Après presque deux ans d’attente, les vacanciers ont pu profiter des multiples activités proposées dans nos stations, dans le respect des mesures sanitaires. Le succès de nos domaines skiables a permis de garantir 1 000 emplois et d’assurer de belles retombées économiques, notamment pour les commerçants, hébergeurs et professionnels du ski et de la montagne du territoire », a réagi Carole Delga, présidente de la Compagnie des Pyrénées et de la Région Occitanie.

Dans le Jura, pour sa première saison d’exploitation sous le nom Jura-sur-Léman, les clients ont été au rendez-vous avec près de 100 % d’occupation des meublés touristiques et un chiffre d’affaires de 950 000 euros sur les 15 jours, soit l’équivalent des meilleurs Noël. Le constat s’avère quasiment identique dans les Alpes du Sud où par exemple Isola 2000 a enregistré une moyenne de 90 % de remplissage sur les deux semaines selon les données transmises à Lionel Fernandez, responsable du bureau d’information.

« Reprise en pente douce » en Savoie Mont Blanc

Enfin, dans les Alpes du Nord, la zone géographique qui rassemble le gros de l’industrie des stations de ski, la grande question était celle de l’impact de l’absence de la clientèle britannique (-68 % par rapport à N-2 selon Auvergne Rhône-Alpes Tourisme). Pour l’Agence Savoie Mont Blanc, le bilan n’est pas « à la hauteur des espérances, avec une fréquentation qui a perdu du terrain par rapport aux premières prévisions ». Selon les premières estimations de l’Observatoire de l’Agence SMB, la baisse de fréquentation s’établirait à 14 % par rapport à l’hiver 2018-2019 avec un taux d’occupation moyen des hébergements marchands de 64 % (83 % pour la semaine du Nouvel An). « Ce début d’hiver compliqué laisse dans l’expectative pour la suite de la saison les 120 000 professionnels qui vivent du tourisme en Savoie Mont Blanc, après une année blanche en 2021 et la précédente tronquée de plusieurs semaines d’exploitation avec l’arrêt brutal à la mi-mars 2020 », a déclaré Michaël Ruysschaert, directeur général de l’organisme de promotion territoriale de la Savoie et Haute-Savoie. Les 600 000 € supplémentaires investis dans les opérations de communication à destination des clientèles françaises seront-ils suffisants pour inverser la tendance ? Réponse dans quelques semaines.

En revanche en Isère, le sourire est bel et bien présent sur les visages. L’Alpe d’Huez a notamment battu son record de skieurs sur une journée avec 20 000 clients, alors qu’à Chamrousse, « la station était complète durant les deux semaines des vacances », se réjouissait Christopher Hardy, directeur de l’office de tourisme.

Inquiétude pour janvier

Présents sur toutes les pistes, les moniteurs de l’ESF ont connu quinze jours fastes. « Le niveau de fréquentation fut bon avec une montée en puissance sur la deuxième semaine des vacances. Avec le décalage des vacances, les étrangers (notamment les Hollandais) ont également assuré un bon niveau sur la première semaine de janvier. Au global, le bilan est positif par rapport à N-2 avec toujours quelques disparités notamment liées à la météo. L’inquiétude est désormais sur janvier avec l’annulation progressive des classes de neige », note Jérémie Noyrey, directeur adjoint du SNMSF. Une inquiétude partagée par le Syndicat national des résidences de tourisme, qui compte sur les groupes et les étrangers pour assurer la fréquentation sur le mois de janvier.