Vers la fin d'une impasse ?

Lors d’une réunion du comité de la filière tourisme, le vendredi 30 avril dernier, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a évoqué les prochaines grandes échéances pour les acteurs de la montagne. En question notamment, le sujet sensible de la levée du décret n° 2020-1519 du 4 décembre 2020 qui impose la fermeture des remontées mécaniques.

À l’arrêt depuis le 1er novembre 2020, à l’exception d’un usage pour les clubs, les formations professionnelles ou pour certains cours des écoles de ski, deux étapes clés ont été fixées dans le calendrier par le secrétaire d’État au Tourisme concernant leur réouverture. À partir du 19 mai, toutes les installations pourront ouvrir avec une jauge à 50 %. Cette jauge évoluera à 65 % dès le 9 juin puis à 100 % à partir du 30 juin. « L’idée, c’est qu’effectivement, à partir du 30 juin, le maximum d’activités soit ouvert dans les meilleures conditions, avec des jauges de moins en moins dégradées. Nous avons eu un été bleu-blanc-rouge, l’année dernière. Ce sera l’été bleu-blanc-rouge “saison 2”. Je crois que les professionnels ont travaillé des protocoles très sérieusement. Et donc, ce sera important aussi de donner cette réassurance sanitaire, parce qu’on le voit dans le comportement du client, du touriste : il la veut. Et cela tombe bien : les professionnels sont prêts », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec BFMTV.

Feu vert pour le ski

Ces annonces sont une réelle délivrance pour les exploitants dans le cadre de la saison estivale, qui représente 5 % du chiffre d’affaires de Domaines skiables de France, puisque de nombreux téléportés sont utilisés par les piétons et les pratiquants de VTT. Sans oublier les installations pour le ski d’été comme Tignes, Val d’Isère et Les Deux Alpes qui ont programmé une ouverture durant le mois de juin. Il ne devrait plus y avoir de contre-indication à la pratique du ski ! « C’est un soulagement même si nous serons à une capacité de 60 % jusqu’à la fin du mois de juin. Nous finissons notre préparation du glacier avec le snowfarming », évoque Pascal Abry, directeur général de la société des téléphériques de la Grande Motte (STGM). Sans conteste, la saison estivale devrait être la première étape pour remonter la pente.