La Compagnie des Pyrénées pour voir plus loin

En s’appuyant sur les savoir-faire existants de N’Py, la Région Occitanie et la Banque des Territoires ont lancé la Compagnie des Pyrénées pour accompagner les domaines skiables du massif.

En octobre 2020, la SAEM N’Py est devenue la SAEM Compagnie des Pyrénées, voyant son capital  passer de 60 800 € à 3,8 M€. Présidée par le conseiller régional Michel Boussaton, cette nouvelle entité a enregistré début décembre l’entrée au capital du Département des Hautes-Pyrénées, aux côtés de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires. L’ambition du groupe Compagnie des Pyrénées est de faire évoluer le modèle des stations de montagne de taille moyenne, de leur permettre de s’adapter, et de poursuivre le développement de la marque collective N’Py.
Deux filiales existaient – la SAS N’Py Résa (communication, commercialisation) et Skylodge (exploitation d’hostels) – une troisième a été créée : la SAS Compagnie des Pyrénées Participations.
Cette dernière a vocation à prendre des participations au capital des sociétés d’économie mixte locales (SEML) d’exploitation de stations de montagne, dès lors qu’elles répondent à des délégations de service public équilibrées économiquement, mais aussi environnementalement et socialement responsables. Tandis que le Grand Tourmalet est devenue la première entreprise à bénéficier de ce renfort, plusieurs négociations sont en cours pour accompagner un changement de  gouvernance au sein d’autres domaines skiables, « la décision restant entre les mains des élus locaux », précise le communiqué.

La mutualisation au service de la diversification

La SAS Compagnie des Pyrénées Participations a établi plusieurs grands axes. Le premier tient à la poursuite d’une stratégie de mutualisation déjà bien ancrée pour certains domaines skiables de la chaîne pyrénéenne : centralisation des achats, politique commune des ressources humaines, et politique marketing commune, au travers de la marque N’Py. Cette mutualisation a pour objectif la pérennité des petites stations en les accompagnant dans leur démarche de diversification.

La délicate question immobilière

L’autre cheval de bataille n’est, hélas, pas spécifique au massif puisqu’il s’agit de la problématique de l’immobilier. En devenant actionnaire en fin d’année 2020 de la toute nouvelle Foncière des Pyrénées, le groupe Compagnie des Pyrénées s’attaque à la problématique de l’hébergement. Une question ô combien stratégique puisque au sein du massif, « 80 % des skieurs, clients ou vacanciers, sont des séjournants ». Cette Foncière a pour mission de porter des projets de construction ou de requalification pou un immobilier de montagne respectueux de l’environnement et adapté à chaque site. En favorisant la création de « lits chauds », la Foncière s’attachera à travailler une offre d‘hébergements variée et adaptée aux nouvelles attentes, qu’il s’agisse de résidences, hôtels, hostels…

Le Tourmalet en pionnier
Grand Tourmalet est la première destination à s’inscrire dans ce dispositif. Le capital de la SEML (15 M€) est désormais réparti entre le SIVU du Tourmalet (81 %) et la SAS Compagnie des Pyrénées Participations (19 %).
Grâce au soutien de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires, la SEML du Grand Tourmalet est désormais en mesure de porter un programme d’investissements de 32 millions d’euros sur la décennie à venir, et de poursuivre la diversification de ses activités.