Yariv Abehsera : « Hiver et été, la montagne va regagner des nuitées »

Confronté de plein fouet à la crise du tourisme en montagne liée à la fermeture des remontées mécaniques, Yariv Abehsera, président de Travelfactory, reste néanmoins optimiste sur les perspectives touristiques qu’offre la montagne en toute saison.

Quels sont les impacts pour votre activité du fait de la fermeture des remontées mécaniques et quelles mesures avez-vous pris pour y faire face ?

Jusqu’au 30 octobre et l’annonce des mesures par le président Emmanuel
Macron, nous enregistrions une croissance des réservations de 15 à 16 %. Avec l’expérience de Locatour – petit frère de Travelski spécialisé dans le camping, qui a vécu l’impact de la première phase du Covid avec 95 % de baisse de chiffre d’affaires de mars au 11 juin, et un redémarrage en ultra-dernière minute comme jamais vu – nous avons tiré des leçons et nous avons constaté que le client voulait deux choses : une grande transparence en termes de conditions d’annulation et la certitude de pouvoir annuler s’il y avait un deuxième confinement ou des mesures de restriction. De plus, courant juillet, nous avons inventé, avec notre assureur, l’assurance Zen, qui apporte la certitude d’être remboursé à 100 % jusqu’à J-1 et ce, quelle que soit la cause de l’annulation. La deuxième chose, c’est que nous avons amené une grande flexibilité dans la réservation en septembre et octobre. Nous demandions aux clients de verser 10 % d’acompte et offrions la possibilité d’annuler à J-45 sans frais en raison du Covid. Avec les incertitudes sur Noël et le jour de l’An, nous avons commencé à enregistrer les flux d’annulations pour arriver à une baisse de chiffre d’affaires de 93 % sur les vacances de fin d’année. Depuis les annonces du 7 janvier par Jean Castex, il ne se passe plus rien en termes de réservation, mais nous gardons malgré tout 25 % des départs prévus, ce qui nous étonne. Un constat confirmé avec la prolongation de la fermeture des remontées mécaniques sur février.

Dans ce contexte, comment avez-vous préparez les vacances février ?

Nous avions mis en place deux scénarios, et dans les deux cas, nous savions que ça allait être la folie. Le premier… (la suite pour les abonnés).

Le volet environnemental
Accompagnant les attentes clients, Travelski se positionne sur les bonnes pratiques dans les stations de montagne. 
« Malheureusement, nous n’avons pas la main sur les investissements liés à ce sentiment que l’on doit avancer sur l’environnement, car nous ne sommes que distributeurs. Par contre ce que nous constatons, c’est que nos clients sont de plus en plus sensibles à une démarche écologique, de préservation de l’environnement, de séjours tout autour de cette logique bien-être, détox, ressourcement, air sain. Nous accompagnons cette démarche à travers différents messages, en encourageant à prendre le train par exemple. Nos clients sont vraiment demandeurs et en attente sur un sujet majeur comme celui-là. Il y a des labels ou des initiatives intéressantes qui existent. Par exemple, nous mettons beaucoup en avant Serre Chevalier qui a notamment mis en place des panneaux solaires pour l’électricité.Ce ne sont bien des éléments pour la préservation de l’avenir et le développement d’une autosuffisante énergétique. Notre rôle est de relayer ces bonnes actions tout en n’étant pas acteur. De notre côté, nous discutons avec Rategreen, une start-up de rating produit sur notre empreinte carbone. Nous travaillons également sur l’empreinte énergétique des bâtiments en revoyant les systèmes de chauffage, l’isolation les fenêtres, afin d’être le moins énergivore possible. Nous faisons notre part de cette démarche collective mais, comme je l’ai déjà dit, nous avons besoin de transparence. Aujourd’hui je ne peux pas énoncer des choses dont je ne suis pas responsable. Ce serait presque contre-productif et le client pourrait nous le reprocher »