3 choses à savoir sur Sylvain Charlot

Depuis le 1er février, Sylvain Charlot a pris la succession de Jean Berthier à la direction de la délégation Montagne d’Atout France.

1- Passionné. L’histoire d’amour de Sylvain Charlot avec la montagne s’est construite dès ses premiers pas. « Je baigne dans la montagne depuis tout petit. Je suis presque né avec des skis », plaisante-t-il. Originaire de l’Isère, fervent pratiquant de la montagne dans toute sa pluralité et en toute saison, c’est sans doute cette approche globale qui l’a amené chez Atout France en 2013 afin de développer le projet de mise en œuvre de la rénovation des stations de montagne pour conserver leur attractivité. Car quoi de plus naturel que de vouloir passer dans l’envers du décor et contribuer à la promotion de territoires qui jalonnent une vie depuis plus de quarante ans ? « Aujourd’hui, je trouve ça passionnant d’être au cœur de l’action pour participer au virage de la montagne, en termes de transition et de modèle économique. Je mets toute ma passion au service de cette ambition. Sur le plan personnel, c’est grisant. »

2 – Investi. Indubitablement, l’investissement sur ce type de profil de poste est une caractéristique fondamentale pour réussir. D’autant qu’entre les enjeux de transition et la crise sanitaire, la destination montagne doit se réinventer. « La montagne saura se relever de cette crise. Elle a toujours réussi à faire face. Son potentiel est énorme pour répondre aux besoins de la société et les chiffres de fréquentation de l’été 2020 et de cet hiver particulier sont là pour le montrer. » Cette implication, ici pour engager les chantiers nécessaires afin d’enclencher une nouvelle dynamique, se retrouve également dans sa vie privée. « Je me suis pas mal investi pour la promotion du ski puisqu’en tant que moniteur fédéral, j’enseignais le ski à des enfants dans le cadre du milieu associatif. » À l’échelle locale ou au sein d’Atout France, sa volonté est la même pour contribuer à entretenir et préserver les richesses de la montagne.

3- Collectif. À bien des égards, la crise actuelle a permis aux acteurs de l’écosystème montagnard de se serrer les coudes et de créer une belle synergie. « Nous avons su mutualiser nos moyens d’action avec et pour les acteurs de la montagne afin de promouvoir la destination. Nous devons poursuivre sur cette lancée d’une montagne solidaire, car nous faisons tous partie de l’avenir. Les États généraux de la transition du tourisme en montagne sont d’ailleurs une occasion supplémentaire de nous mobiliser collectivement ». Atout France souhaite piloter cette transition sur deux piliers : un tourisme plus durable avec notamment la poursuite du partenariat avec la Banque des Territoires sur le plan de rénovation des stations, et la promotion de la destination montagnes avec France Montagnes. « J’insiste sur les montagnes, car nos massifs ont des particularités et des atouts qui offrent des possibilités tellement plurielles et variées ».