Tignes : sportive en toutes saisons

Station sportive par excellence, Tignes a su, au fil des années, se construire l’image d’une destination quatre saisons, que ce soit pour le ski et son glacier de la Grande Motte, comme pour les différentes activités outdoor. Si son altitude la préserve encore des problématiques d’enneigement, Tignes possède toutes les ressources pour séduire et rester attractive.

Perchée à 2 100 mètres d’altitude, Tignes se mérite. Après avoir serpenté sur la D902, la station-village fondée en 1955 offre un panorama grandiose, au cœur d’un cirque qui propose des terrains de jeu aussi riches que variés, à cheval entre le parc national de la Vanoise et la réserve naturelle de Tignes-Champagny. 

Élue en 2008 ville de moins de 20 000 habitants la plus sportive par le magazine l’Équipe, cette tradition s’est construite au fil d’une histoire entamée au milieu des années trente avec les premières descentes de skieurs en 1936 grâce à l’installation d’un téléski. Avec la construction du barrage du Chevril entre 1948 et 1952, le Vieux Tignes est englouti par les eaux, et le village savoyard prend alors de la hauteur.

Le virage des années 60

Si le développement à plus de 2000 mètres a pu susciter quelques craintes parmi la population, la station va connaître un essor et enclencher le virage du tourisme des sports d’hiver dès les années soixante grâce au plan neige de 1965 qui permet d’aménager les bords du lac sous la houlette du promoteur Pierre Schnebelen. Rapidement, Tignes acquiert une renommée internationale qui encore aujourd’hui fait sa force. 

Alors que son altitude la préserve peut-être davantage de l’aléa climatique, Tignes veut préserver son cadre et ses richesses pour regarder demain avec optimisme. « Nous devons être une station qui met avant son environnement. Le cadre naturel doit être notre atout majeur. Dans cette logique, nous avons lancé une démarche pour obtenir le label Flocon Vert. Cette action fait partie d’un processus global pour aller vers une transition de notre station », présente Serge Revial, maire depuis un an.

Préparer et assurer l’avenir est un impératif alors que l’incertitude de la saison qui vient de s’écouler a pu donner quelques sueurs froides. « Nous espérons retrouver la fréquentation et les taux de remplissage que nous avions d’ici deux ans, car la tendance de fond était plutôt à la hausse avant mars 2020. Le plan d’investissement va permettre de réfléchir à de grands projets et d’obtenir des financements pour y parvenir. Avant tout, il faut veiller à pérenniser le fonctionnement actuel », prévient l’édile tignard.

Des temps forts tout l’été

Ski, VTT, trail, randonnée, activités nautiques, patrimoine, Tignes a de quoi séduire les touristes en toute saison. Après la réussite de l’été dernier, la saison estivale à venir semble pleine de promesses avec de grands événements internationaux comme autant d’occasions de valoriser un espace unique en son genre. « Il faut toujours être optimiste. Mon devoir, et celui du conseil municipal, est de porter le plus haut possible la commune, la station et le territoire ». 

Deux ans après l’orage qui avait stoppé la course avant l’arrivée, Tignes retrouvera le Tour de France les 4 et 5 juillet prochains. L’analogie avec la crise actuelle est toute trouvée. Car si la route est semée d’embûche, elle débouche forcément sur un nouvel horizon. 

Découvrez cette « Statioscopie » en intégralité dans l'édition n°284 de Montagne Leaders. 
Les autres articles de la « Statioscopie » :
- Infographie : Les chiffres de la station
- « Porter un message moderne et responsable », interview de Frédéric Porte, directeur général de Tignes Développement 
- « Nous nous dirigeons vers la tarification dynamique », interview de Pascal Abry, directeur général de la société des téléphériques de la Grande Motte (STGM)