Crédit Agricole des Savoie
07/10/2019
Environnement - Stations en transition : le défi vert de l’or blanc

Lundi 7 Octobre 2019


Environnement - Stations en transition : le défi vert de l’or blanc


Après la phase de construction à tout-va des stations de ski dans les années 60 et 70, la prise de conscience d’une nécessaire préservation de l’environnement, dans les années 80, a bientôt fait passer les pionniers bâtisseurs pour des bétonneurs

Après la phase de construction à tout-va des stations de ski dans les années 60 et 70, la prise d

19/06/2019
Xavier Dullin, Vincent Rolland, Franck Lombard, Émilie Bonnivard, André Plaisance, Alexandre Maulin, Charles-Ange Ginésy et Jean-Luc Boch.

Mercredi 19 Juin 2019


Alpipro & Digital Montagne


Contributions au tourisme de demain

Contributions au tourisme de demain

18/06/2019

Mardi 18 Juin 2019


Interview de Thierry Gamot : Président de Nordic France


Le nordique se cherche un modèle économique

Le nordique se cherche un modèle économique

26/04/2019
Interview : Grégory Guzzo

Vendredi 26 Avril 2019


Interview : Grégory Guzzo


Directeur du marketing et de la performance client à la Compagnie des Alpes

Directeur du marketing et de la performance client à la Compagnie des Alpes

25/04/2019
Un spectacle de désolation après l’incendie de la gare intermédiaire du téléphérique des Grands-Montets, survenu le 11 septembre dernier.

Jeudi 25 Avril 2019


Les normes incendie sont-elles suffisantes pour les remontées mécaniques ?


Deux incendies, qui n’ont heureusement pas fait de victime, ont ravagé deux installations de remontées mécaniques en France, au cours des derniers mois.

Deux incendies, qui n’ont heureusement pas fait de victime, ont ravagé deux installations de remo

Montagne Leaders n° 275

Le magazine des professionnels de l'aménagement de la montagne

Magazine Montagne Leaders 275

Le facteur humain

Une arrivée aux bornes d’entrée sur une aire de stationnement, un passage au distributeur de forfaits, une halte aux consignes à ski, puis une montée en télécabine : c’est ainsi que l’on peut commencer sa journée aux sports d’hiver. Un parcours dépouillé de tout contact humain…
Associant des technologies sophistiquées, au premier rang desquelles figurent les remontées mécaniques, une destination touristique en montagne ne saurait pourtant se reposer uniquement sur ces outils industriels aussi perfectionnés soient-ils. Le risque zéro n’existant pas, lorsque ce parcours se trouve perturbé, seule une intervention humaine permet de le poursuivre. D’ailleurs, une prestation commerciale est jugée à l’aune du résultat obtenu, de sa fiabilité et c’est cette interaction incarnée qui permet la continuité de son exécution.
Dans toute industrie, et la montagne touristique ne fait pas exception, ce facteur humain reste omniprésent : de la garantie de la sécurité sur le domaine, aux différentes interactions avec la clientèle tout au long de son séjour (accueil, assistance, échange commercial, secours ou simple renseignement). À chacune de ces étapes, il peut être le catalyseur de la performance d’une destination, ou devenir le grain de sable pouvant enrayer la machine et dégrader le parcours client.
Dans un contexte touristique hyperconcurrentiel, ce facteur humain peut expliquer les bons chiffres des domaines skiables français exposés dans l’édition 2019 de notre enquête TOP 100. Il doit assurément devenir une de leurs priorités, pour ne pas dire une figure imposée, dans leur objectif de performance associé à la satisfaction client.

Mickaël Frottier
Rédacteur en chef


TOP 100 2019. Un record et des interrogations

TOP 100 2019. Un record et des interrogations

 
1,454 milliard d’euros
C’est le nouveau total, record, établi par l’enquête TOP 100. L’exercice 2018/2019 ne fut pourtant pas idéal, loin s’en faut. Toutefois, le professionnalisme des domaines skiables français a encore fait des merveilles. Parmi ces métiers qui s’exercent en extérieur et nécessitent de composer avec la nature et ses caprices, peu peuvent s’enorgueillir d’une activité aussi régulière.
Et l’avenir est encourageant pour la destination montagne tricolore au vu des pistes de développement à explorer, qu’il s’agisse de perfectionner le produit ou d’améliorer la relation avec une clientèle toujours fidèle.

Stations en transition : le défi vert de l’or blanc

Stations en transition : le défi vert de l’or blanc

 
Après la phase de construction à tout-va des stations de ski dans les années 60 et 70, la prise de conscience d’une nécessaire préservation de l’environnement, dans les années 80, a bientôt fait passer les pionniers bâtisseurs pour des bétonneurs sans vergogne. Dans les années 90, le développement de la neige « articielle » répandue sur les pentes à coups de « canons » n’a pas aidé à améliorer cette image. Dans le milieu de la montagne, on sait pourtant qu’en dépit de quelques excès condamnables, cette image caricaturale n’est pas méritée. Depuis toujours, la plupart des acteurs qui ont œuvré au développement de l’activité touristique en montagne ont été des passionnés, amoureux de cette nature imposante qu’ils s’efforçaient de rendre accessible au plus grand nombre.
Une charte nationale en 2007
Indépendamment des contraintes administratives qui encadrent tout projet d’aménagement et tentent de limiter son impact environnemental, le souci écologiste des professionnels et élus de la montagne a fini par se matérialiser dans une démarche collective volontariste en 2006, avec la création d’une commission «  Aménagement du territoire et développement durable  » au sein de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM). Dès 2007, elle rédigeait une « Charte nationale en faveur du développement durable dans les stations de montagne », en partenariat avec l’ADEME et l’association Mountain Riders. Cinq ans plus tard, plus de la moitié des stations de ski françaises avaient signé cette charte et Gilbert Blanc-Tailleur, alors président de l’ANMSM, pouvait dresser ce bilan : « L’impulsion de quelques maires pionniers a porté ses fruits. En station de montagne, les enjeux du développement durable sont désormais mieux intégrés et pris en compte en amont des projets. (…) Il faut cependant veiller à ne pas s’essouffler. (…) Le développement durable reste un enjeu majeur pour l’avenir. »
La dynamique Cimes Durables
Lorsqu’il lui a succédé à la tête de l’ANMSM, en 2014, Charles-Ange Ginesy, le maire de Valberg – aujourd’hui président du département des Alpes-Maritimes – a tout de suite voulu faire du développement durable l’une des priorité de l’association. En 2016, afin d’aider de nouvelles stations à franchir le pas, il a lancé Cimes Durables, une dynamique qui se veut « collective et collaborative » en offrant aux stations la possibilité de partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques, et qui récompense les meilleures initiatives. Alors qu’il est difficile de mettre en doute, aujourd’hui, les menaces que représentent le réchauffement du climat, la réduction de la biodiversité ou les conséquences de la pollution sur la santé humaine, le développement durable et l’éco-responsabilité qui en découle (mais le développement durable induit bien plus que la simple préservation de la nature) s’imposent comme une préoccupation incontournable pour tous les acteurs de la montagne… y compris les touristes.
Des actions dans tous les massifs
Dans les pages qui suivent, nous présentons quelques initiatives marquantes, ou représentatives, en matière de sauvegarde de l’environnement, que nous avons repérées dans les différents massifs de notre pays. Il faut avoir conscience qu’elles ne donnent qu’un petit aperçu de toutes les actions qui sont menées dans nos montagnes pour trouver un équilibre harmonieux entre développement économique, respect du cadre naturel et, plus largement, sauvegarde de la planète. Des communes ont mis en place en leur sein une direction du développement durable (comme à Courchevel, par exemple), beaucoup d’autres se sont engagées dans des démarches de certification ou de labellisation souvent exigeantes : norme ISO 14001, Station Verte, Green Globe, Flocon Vert, ou la moins connue Lucie (Altiservice)… C’est un défi qui demande une attention permanente, mais le jeu en vaut la chandelle, pour la nature, mais aussi, commercialement, pour l’image des stations. La plupart des directeurs de station l’ont désormais intégré dans leur pratique. Sylvain Philippe, de Métabief, l’affirme comme un credo : « Le respect de la nature, ça m’anime. Pour moi, les obligations réglementaires environnementales, ce ne sont pas des obligations, car nous allons plus loin que ce qu’on nous demande. »

Villard-de-Lans/Corrençon-en-Vercors : Lumière sur une nouvelle ère

Villard-de-Lans/Corrençon-en-Vercors : Lumière sur une nouvelle ère

 
Dans le Vercors, l’effervescence liée à l’arrivée de Tony Parker s’est dissipée. Depuis le 13 mai dernier, la société Infinity Nine Mountain a pris la succession des frères Huillier, Daniel et Victor, à la tête de la Société d’équipement de Villard-de-Lans Corrençon-en-Vercors (SEVLC).
Une star fortunée, des inconnus du milieu de la montagne, le montant du rachat, les projets pour l’avenir du principal domaine du massif du Vercors : l’affaire a occupé les conversations et les médias durant tout le printemps, avec parfois certaines approximations.
Éclaircissements avec Guillaume Ruel, le nouveau Pdg de la SEVLC.

Voir le sommaire complet du magazine Montagne Leaders n°275


Mercredi 23 Octobre 2019

Camp’air 2019 - Salon professionnel des hébergements de plein air,
Marche-en Famenne (Belgique)

Du 29 au 31 octobre 2019

30e Convention nationale de l’intercommunalité,
Nice (France)

Du 29 au 31 octobre 2019

30e Convention nationale de l’intercommunalité,
Nice (06)

Du 08 au 10 novembre 2019

Salon Expérience Montagne,
Paris (75)